La DGA reprend une tranche de véhicules Scorpion

Un EBRC Jaguar sur le site Nexter de Satory

Un EBRC Jaguar sur le site Nexter de Satory

 

Entre la commande de nouveaux véhicules auprès des industriels et la poursuite des expérimentations, le ministère des Armées parvient à maintenir la montée en cadence du programme Scorpion malgré les écueils qu’impose la crise sanitaire.

 

« Le renouvellement des équipements, du gilet pare-balles au blindé, fait partie des priorités de la loi de programmation militaire qui consacre 295 milliards d’euros à notre outil de défense entre 2019 et 2025 », déclarait ce matin la ministre des Armées sur son compte Twitter. Une semaine auparavant, la Direction générale de l’armement (DGA) a notifié la commande de 271 VBMR Griffon et de 42 EBRC Jaguar aux industriels du GME Scorpion (Nexter-Arquus-Thales). Ces véhicules seront livrés aux forces entre 2022 et 2023.

 

Cette troisième tranche conditionnelle (TC3) entérine le plan de charge du GME jusqu’en 2023. Elle comprend la livraison des premiers exemplaires de Griffon équipés d’un mortier rayé de 120mm 2R2M (MEPAC), de Griffon Véhicules d’Observation de l’Artillerie (VOA) et de Griffon Sanitaires (SAN) qui rejoindront les versions Véhicule de Transport de Troupes (VTT) et Engin Poste de Commandement (EPC). Avec la tranche notifiée en avril 2017, 580 Griffon et 62 Jaguar ont désormais été commandés sur la cible de 1872 et 300 exemplaires attendus à l’horizon 2030.

 

En affermissant cette tranche, la DGA garantit par ailleurs la continuité de la production pour de nombreux fournisseurs du programme, dont certains ont été sensiblement affectés par le ralentissement de l’économie. « Via cette commande, c’est toute la Base industrielle et technologique de Défense (BITD) française du domaine terrestre qui est irriguée. Les trois maîtres d’œuvre vont en effet répercuter sous quelques jours les commandes à leurs sous-traitants et fournisseurs ». Durant trois ans, la TC3 consolidera près de 2000 emplois hautement qualifiés répartis sur cinq bassins industriels, estime le ministère des Armées.

 

Un Griffon envoyé à Djibouti pour une EVTO par temps chaud (Crédits : armée de Terre)

Un Griffon envoyé à Djibouti pour une EVTO par temps chaud (Crédits : armée de Terre)

 

Des Griffon au Mali en 2021

 

Les perceptions de Griffon n’ayant pas été affectées par la crise sanitaire, cinq régiments et bataillons de l’armée de Terre ont aujourd’hui basculé concrètement dans l’ère Scorpion. Ils seront neuf à la fin de l’année 2021. En dépit des difficultés, les industriels du GME Scorpion poursuivent quant eux à leurs objectifs de production pour 2020 avec 51 Griffon livrés jusqu’à présent sur les 128 unités devant être réceptionnées par la DGA cette année. Il faudra néanmoins attendre l’an prochain pour la livraison des premiers Jaguar.

 

Loin des lignes d’assemblage de Roanne, deux Griffon ont rejoint Djibouti le 10 septembre pour une évaluation technico-opérationnelle par temps chaud menée en coopération avec le 5e RIAOM. Durant 10 jours, les Griffon équipés d’un kit de blindage additionnel et de protections type « slat armor » y ont multiplié les séquences d’embarqué et débarqué de troupes, de tirs et de roulage. Les engins ont également réalisé leurs premiers tirs au départ des lance-pots fumigènes Galix disposés sur le tourelleau téléopéré T1.

 

« Lieu idéal pour l’entraînement et l’aguerrissement des équipements et des hommes dans un climat aride, Djibouti est une base avancée opérationnelle permettant de rencontrer des conditions de travail similaires aux théâtres d’opérations sur lesquels ils seront déployés dans un futur proche », commente-t-on du côté des Armées. Pour l’armée de Terre, l’objectif reste toujours de projeter un premier GTIA Scorpion en OPEX au second semestre 2021. Jusqu’à présent non-détaillé, le théâtre d’OPEX « inaugural » du Griffon sera bel et bien le Mali, confirmait avant-hier le ministère des Armées.