200 M€ pour le programme MGCS en 2021

Un aperçu de la vision française de MGCS

Un aperçu de la vision française de MGCS

 

La France et l’Allemagne prévoient d’allouer une enveloppe globale de 200 M€ au profit du programme MGCS en 2021. Ces fonds permettront aux trois maîtres d’œuvre, Nexter côté français et KMW et Rheinmetall côté allemand, d’entamer la phase de développement des démonstrateurs technologiques.

 

« Dès l’année prochaine, des contrats de R&T seront notifiés [à hauteur de] 200 M€ si on réunit les financements français et allemands », annonçait Florence Parly le 6 octobre en audition parlementaire. Ces fonds, fournis à parts égales par Paris et Berlin, seront destinés à soutenir la réalisation de 14 « Main Technological Demonstrators » (MTD, démonstrateurs d’équipements majeurs).

 

Entre 2021 et 2025, ces MTD traduiront en solutions technologiques les fonctions combinées dans le système multiplateforme que deviendra MGCS : « se déplacer, détruire la menace jusqu’au haut du spectre futur, observer, détecter, décamoufler, identifier à une portée accrue, perturber, brouiller, détruire les capacités de détection ennemies, fusionner les données, maîtriser les réseaux, améliorer la supervision, se protéger, réduire sa signature, prévenir l’impact, neutraliser les effets, s’intégrer au combat collaboratif ». Suivront la conception d’un prototype à l’horizon 2028 et, à supposer que le calendrier ne glisse pas entre temps, les premières livraisons aux environs de 2035.

 

Fort du coup d’envoi des premières études d’architecture système (SADS Part 1) en mai dernier, le sujet a désormais sa propre sous-action « MGCS Système de combat terrestre principal » au sein du programme 146 de la mission défense. Ni cible ni calendrier de livraison dans le PLF 2021, précisés lors du lancement en réalisation, mais une définition des besoins opérationnels et une ligne de 115 M€ en autorisations d’engagements qui sera ventilée en crédits de paiement sur 2021 et 2022.

 

Hormis la conception de « plusieurs démonstrateurs technologiques », ces engagements comprennent la poursuite des études d’architecture système (15 M€), dont les premiers résultats seront disponibles dès l’an prochain. Les concepts nationaux qui en découleront seront harmonisés afin d’obtenir une architecture multiplateforme commune.

 

La montée en puissance de la phase de démonstration impliquera par ailleurs d’élargir la réflexion à l’ensemble de la filière défense. « Toutes ces études vont permettre de faire travailler de nombreux bureaux d’études et l’ensemble de l’industrie terrestre », soulignait ainsi Florence Parly. Côté français, Nexter projette de mettre en place et d’animer une démarche d’identification et de captation des innovations en provenance de PME, ETI et startups susceptibles de contribuer à certains MTD.

 

L’un des premiers industriels mandatés par Nexter est désormais connu. Il s’agit, sans grande surprise, de Thales, qui doit contribuer à « assurer l’intégration de MGCS à Scorpion » dans le cadre du contrat SADS Part 1. Thales fournit la vétronique des véhicules Scorpion, ainsi que la radio logicielle Contact (Communications Numériques Tactiques et de Théâtres d’opérations) qui équipera à terme les trois armées.