La 27e BIM reçoit un nouveau « chenillé »

L'un des quads Sportsman Touring 1000 XP perçus récemment par la 27e BIM, ici équipé de son kit chenilles

L’un des quads Sportsman Touring 1000 XP perçus récemment par la 27e BIM, ici équipé de son kit chenilles

 

Le Véhicule haute mobilité (VHM) n’est plus le seul chenillé opéré par la 27e brigade d’infanterie de montagne (27e BIM). Ses régiments et bataillons disposent depuis peu d’un nouveau quad doté d’un kit de chenilles amovibles, une première dans l’armée de Terre.

 

On ne reviendra pas sur les multiples avantages de la chenille en terrain enneigé, illustrés par l’adoption du VHM ou encore par l’expérimentation d’intégration de chenilles sur Masstech menée par le 2e régiment étranger de génie (2e REG). La 27e BIM y associe pour la première fois la polyvalence et l’agilité du quad biplace Sportsman Touring XP 1000 de Polaris, dont une première dizaine d’exemplaires ont été livrés récemment.

 

Cette livraison initiale sera bientôt suivie des primo-formations réalisées par l’industriel. Polaris instruira les spécialistes du Groupement d’aguerrissement en montagne (GAM), prioritaire pour l’assimilation des matériels spécifiques, qui formeront ensuite les futurs pilotes. Le procédé sera ensuit répété pour les quad SSV (Side by Side Vehicule) Ranger XP 1000 également commandés par la brigade, et dont la configuration trois places sous habitacle et plateau arrière l’oriente plutôt vers les missions logistiques.

 

Après les Forces armées en Guyane, le 2e RH et les forces spéciales, le quad rejoint un nouveau milieu spécifique en intégrant le portfolio capacitaire des troupes de montagne. Celles-ci entament la phase d’appropriation avec pour seul matériau les RETEX récoltés auprès des quelques régiments utilisateurs. « Nous partons vraiment d’une page blanche concernant son exploitation en milieu montagneux. Chaque unité va se l’approprier pour ensuite définir et affiner les différents scénarios d’usage en fonction de son ressenti ».

 

Ces premiers exemplaires préfigurent la constitution d’un pool à l’échelle de la brigade dans lequel chaque régiment ou bataillon pourra venir puiser selon son besoin. « La CCTM [27e compagnie de commandement et de transmissions de montagne], par exemple, n’en aura pas la même utilité que nous au BCA ou que le 2e REG », explique un adjudant du 7e BCA. Chacun pourra donc puiser dans un réservoir de kits pour adapter le véhicule à sa mission.

 

Tant le quad que le SSV présentent en effet des trains interchangeables qui, selon l’environnement opérationnel, peuvent adopter des configurations « tout chenilles », « tout roues » ou encore un panachage des deux options. Un atout non négligeable lorsque la configuration du terrain est susceptible de changer du tout au tout en fonction des saisons. « Lorsqu’on arrive au Mali en saison de pluies, par exemple, le passage aux chenilles sera nécessaire pour évoluer en terrain boueux. Et si l’on se retrouve ensuite en terrain sec, une bascule rapide vers les trains de roues permettra de conserver tous les avantages du véhicule ».

 

Le modèle Sportsman est ensuite accompagné de divers kits et boxs de rangement pour le transport de skis, d’armements et autres équipements et pouvant être installés à la place du siège arrière (jusqu’à 110 kg d’emport). S’y ajoutent un moteur Prostar de 88 ch et une prise remorque lui conférant un potentiel d’attelage de 170 kg sur route et 680 kg hors route. Pareille fonction s’avérera particulièrement utile pour « approvisionner des points hauts difficiles d’accès tenus par des GCM ou des tireurs d’élite par exemple. Il nous suffira d’y accrocher un kit traineau, avec lequel on pourrait aussi envisager des missions d’évacuation de blessés ». Hormis l’aspect logistique, cette capacité autorise la pratique du « ski joëring », durant laquelle un véhicule tracte plusieurs soldats à ski pour faciliter l’approche en diminuant le facteur fatigue.

 

Ce pool sera complémentaire du parc de motoneiges, qui a vocation à perdurer car répondant à d’autres exigences. « La motoneige est totalement dédiée à l’environnement montagneux enneigé, quand le quad se révèle beaucoup plus polyvalent. Les capacités de franchissement en terrain neigeux de la première sont par ailleurs bien plus importantes que celles du quad, qui requière malgré tout un chemin un peu ouvert mais permet des liaisons plus rapides ».