Les marchés PANG et FPSA officiellement attribués

Des plongeurs du 2e escadron du 13e régiment de dragons parachutistes (13e RDP) armés de Glock 17, lors d'un entrainement sur le plan d'eau du camp de Souge (Crédit : ministère des Armées)

Des plongeurs du 2e escadron du 13e régiment de dragons parachutistes (13e RDP) armés de Glock 17, lors d’un entrainement sur le plan d’eau du camp de Souge (Crédit : ministère des Armées)

 

Le ministère des Armées a officialisé aujourd’hui l’attribution du marché « pistolet automatique de nouvelle génération » (PANG). Plus de 74 000 pistolets semi-automatiques seront livrés d’ici 2022 par l’Autrichien Glock pour un montant de 51,7M€. Le Belge FN Herstal fournira quant à lui plus de 2600 fusils de précision SCAR-H PR d’ici 2021 en remplacement du fusil FR-F2. 

 

« Arme indispensable au combattant, ces pistolets incarnent le renouveau des équipements « à hauteur d’homme » que la loi de programmation militaire permet, » confirmait la ministre des Armées, Florence Parly, sur son compte Twitter. Les premiers exemplaires ont été livrés aux forces dès la fin de l’année 2019, a-t-elle ajoutée.

 

Ce marché a été confié à Glock, qui fournira les pistolets et la capacité d’aide à la visée nocturne. Le groupe autrichien s’est allié au Tchèque Sellier et Bellot, responsable du volet munitions, et à l’Américain UTM, qui livrera les kits d’entraînement. Le modèle exact n’a pas été communiqué, mais le remplaçant des PA MAC 50, produits dans les années 1950, et des PAMAS G1 serait le Glock 17 Gen 5. Véritable best-seller à l’export, le Glock 17 est notamment en dotation au sein du GIGN, du RAID et des unités du COS.

 

« Les facteurs clés qui ont amené le ministère des Armées à retenir cette offre sont la fiabilité et la robustesse manifestées lors des essais, qualités indispensables pour un matériel militaire destiné à être utilisé en cas d’action rapide et de nécessité d’autoprotection, » souligne le ministère des Armées.

 

Sur les 74 596 pistolets semi-automatiques commandés par la DGA, près de 80% sont destinés à l’armée de Terre, 10% à l’armée de l’Air et 8% à la Marine nationale. Certains services interarmées sont également concernés.

 

Quelques heures plus tard, le ministère des Armées a ensuite confirmé la notification du marché « fusil de précision semi-automatique » (FPSA) au groupe belge FN Herstal. À partir de 2020, le modèle SCAR-H PR de l’armurier liégeois remplacera le fusil FR-F2 entré en service dans les années 1980. Les 2620 exemplaires commandés seront livrés d’ici 2021. « Ce marché représente au total un investissement de l’ordre de 100 millions d’euros, » précise un communiqué. Outre FN Herstal, chargé de la livraison des fusils et de la lunette de jour, le groupement comprend le Belge OIP Sensor Systems, responsable de l’optique et des instruments de précision, et les entreprises allemandes Telefunken-Racoms pour l’optoélectronique et MEN pour les munitions.

 

Le SCAR-H PR « permettra aux tireurs de précision de nos forces armées de garder la supériorité sur l’adversaire, de jour comme de nuit, pour des tirs jusqu’à une distance de 800 mètres, » déclare le ministère des Armées.