La Belgique débloquera 13M € pour ses NH90 TTH en 2020

L'est des deux NH90 TTH de la Composante Terre déployés au Mali en 2018 en soutien de la MINUSMA (Crédit : Défense belge/Composante Air)

L’est des deux NH90 TTH de la Composante Terre déployés au Mali en 2018 en soutien de la MINUSMA (Crédit : Défense belge/Composante Air)


La Défense belge prévoit de débloquer 13M€ en 2020 pour la modernisation des quatre hélicoptères de transport tactique NH90 TTH de la Composante Air, pointait hier le député écologiste Wouter De Vriendt en Commission de la Défense nationale. Une mise à niveau dont les trois volets distincts ont été succinctement présentés par le nouveau ministre de la Défense belge par intérim, le libéral Philippe Goffin.

 

Plutôt que de moderniser sa flotte sur base d’un programme de type MLU, la Défense belge privilégie pour l’instant une évolution continue par « briques » successives, commandées au gré des besoins et des enveloppes budgétaires. Ainsi, en prélude au déploiement des NH90 TTH au Mali dans le cadre de la MINUSMA, la Défense avait approuvé en 2017 l’acquisition de systèmes de détection et de contre-mesure EOWS pour 3,5M €.

 

Cette logique reste de mise pour les améliorations prévues pour l’an prochain. Le premier sous-programme, d’ores et déjà attribué pour un montant de 1,4M €, consistera en la mise à niveau des systèmes de navigation pour mieux répondre aux standards établis par l’OTAN.

 

Le second sous-programme, doté d’un budget de 3,8M €, prévoit l’acquisition d’un nouveau système de préparation de mission afin, plus spécifiquement, d’intégrer cette phase de la préparation opérationnelle au sein du logiciel Virtual Battlespace 3 utilisé par les militaires belges.

 

Enfin, le dernier volet concerne l’adaptation tant de l’hélicoptère que de son logiciel afin de lui permettre d’une part de répondre à certaines exigences légales en matière d’aviation civile et d’autre part, de « pouvoir soutenir les opérations menées par les forces spéciales, » souligne le ministre de la Défense. Celui-ci n’a cependant pas détaillé les adaptations envisagées. Les coûts relatifs à cette opération ne seront consolidés qu’en 2020.

 

La Belgique est aujourd’hui partie prenante d’un pool d’utilisateurs collaborant pour le développement d’une version « SOF » du NH90 TTH. La France, par exemple, projette l’achat de 10 hélicoptères portés au futur TFRA Standard 2, dont six livrés à l’horizon 2025. Ce standard inclut notamment les systèmes optroniques EuroFl’eye et EuroFLIR 410 NG de Safran, couplés au casque Topowl DD conçu par Thales.

 

Côté belge, la Vision stratégique adoptée en 2016 envisage de débloquer 30,6M € en deux tranches (2020-2023 et 2028-2030) pour la modernisation des NH90 TTH. D’autres fonds pourraient être récupérés d’un autre programme afin de provisionner l’achat de kits SOF et d’évacuation médicale. « Le budget pour la SOF Aviation fera l’objet d’un examen visant à explorer les possibilités d’acquisition de kits pour engager les Multirole Transport Helicopters NH90 en tant qu’hélicoptères SOF et pour l’évacuation médicale, » précise la Vision stratégique. Autrement dit, la Défense n’exclut pas l’éventualité d’une ponction dans les 130M € prévus pour l’achat, entre 2025 et 2027, de quatre avions STOL en soutien du SO Regt.

 

Acquise en 2007, la flotte de NH90 TTH belge présente aujourd’hui un taux de disponibilité relativement bas, de l’ordre de 39%. C’est à peine mieux que les 30% de disponibilité des Caïman de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) enregistrés en 2018, qui opère une flotte dix fois plus importante.