Covid-19: du matériel médical livré à la Belgique par la NSPA

Un Boeing 747 de Cargolux utilisé pour ramener du matériel médical de Chine au profit, notamment, de la Belgique (Crédits : NSPA)

Un Boeing 747 du transporteur Cargolux utilisé pour ramener du matériel médical de Chine au profit, notamment, de la Belgique (Crédits : Cargolux)

 

La Belgique a à son tour fait appel à l’Agence OTAN de soutien et d’acquisition (NSPA) pour se procurer les équipements sanitaires nécessaires à la lutte contre l’épidémie de Covid-19. Plusieurs tonnes de matériel en provenance de Chine lui ont été livrées la semaine dernière, conformément au plan annoncé en avril par le ministre de la Défense belge Philippe Goffin.

 

« Alors que les chaînes d’approvisionnement pour du matériel [de lutte contre le] Covid-19 sont plus perturbées que jamais, la demande en équipements de protection individuelle continue d’augmenter et les restrictions de transport restent élevées, la NSPA continue de soutenir les pays alliés par le biais de l’acquisition et du transport de matériels clés tout en tirant parti des économies d’échelle », expliquait hier l’agence dans un communiqué officiel.

 

La semaine dernière, l’agence otanienne a finalisé l’acquisition et le transport de plus 18 tonnes d’équipements de protection au profit de l’Italie, la France, la Belgique, l’Espagne, la Roumanie et la Grèce. L’ensemble a été acheminé de Shanghai vers l’aéroport Findel de Luxembourg par le transporteur cargo luxembourgeois Cargolux lors de deux vols réalisés les 6 et 10 mai. Ces millions de masques et autres protections individuelles ont ensuite été remis aux six pays concernés.

 

Contrairement à l’Allemagne, la République tchèque ou la Pologne, la Belgique n’a donc pas encore eu recours au quota d’heures de vol dont elle dispose dans le cadre du programme SALIS de l’OTAN. La Task Force 5, entité fédérale ad-hoc chargée de l’acquisition d’équipements sanitaires, s’est cette fois-ci tournée vers la Bourse logistique de l’OTAN (NLSE), plateforme mise au point par la NSPA pour la fourniture et la gestion de stocks détenus en commun.

 

Ni le contenu, ni le ou les destinataire(s) finaux de la commande belge n’ont été détaillés. Le timing semble en tout cas ne pas concorder avec celui du marché public lancé fin avril par la Défense pour l’acquisition de millions de masques en tissu destinés à la population. Selon le ministre de la Défense, les services d’achat ont reçu plus de 50 propositions émanant de sociétés belges et européennes. Deux entreprises ont été retenues le 5 mai, l’une basée à Gand et l’autre au Grand-Duché de Luxembourg. Une alternative extra-nationale justifiée par une industrie belge qui n’est « pas en capacité de produire des quantités suffisantes pour protéger nos citoyens dans un délai raisonnable », expliquait hier le ministre Goffin sur la RTBF. Pour l’instant, 18 millions de masques ont été commandés par ce biais. Il seront en théorie livrés le 24 mai à la caserne de Peutie, date à laquelle la Défense pourra entamer la phase de distribution aux populations.