« Le 14 juillet aura bien lieu »

(Crédits : DICOD)

(Crédits : DICOD)


Oui ou non ? Et si oui, comment ? La secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, l’annonçait cet après-midi face aux députés de la commission Défense : « le 14 juillet aura bien lieu » mais sous un format forcément différent en raison de la crise sanitaire.

 

La question avait été largement évoquée à l’approche d’un 8 mai « confiné » : le coronavirus aura-t-il raison du traditionnel défilé militaire du 14 juillet ? « Le 14 juillet sera célébré, même si c’est célébré de façon différente », a ajouté Geneviève Darrieussecq.

 

S’il est bien question qu’une « cérémonie nationale » ait lieu, l’impossibilité de connaître le contexte sanitaire de la mi-juillet et l’interdiction des rassemblements plus de 5000 personnes jusqu’en septembre expliquent l’incertitude persistante au sujet du « format que pourra avoir cette manifestation ». Maintenir un défilé rassemblant près de 4000 militaires tout en respectant les règles de distanciation sociale relève de l’impossible. Parmi les options envisagées, celle d’un dispositif maintenu mais très allégé semble donc la plus crédible pour répondre au souhait exprimé par les autorités de mettre à l’honneur la résilience de la nation.

 

Quant à la thématique, la secrétaire d’État confirme « avoir bien entendu les demandes de mettre en avant les soignants ». « Je ne vais rien dévoiler parce que je ne sais rien, mais tout cela paraît quand même évident », déclarait-elle prudemment. Quelles que soient les lignes directrices adoptées, celles-ci seront déclinées dans les départements à condition de respecter les règles sanitaires en vigueur et avec « le contrôle (…) des préfets, qui ont toute latitude pour bien connaître les situations sanitaires de leur département », soulignait la secrétaire d’État.