Le programme MAST-F devrait passer la seconde en 2020

Une vue d'artiste du futur missile MAST-F (Crédit : MBDA)

Une vue d’artiste du futur missile MAST-F (Crédits : MBDA)

 

Lancé en 2019 par la France, le développement du Missile Air-Sol Tactique Futur (MAST-F) devrait passer la seconde cette année en devenant le 15e programme intégré à l’Organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR). Une étape majeure par ailleurs synonyme de contractualisation pour l’industriel concerné, MBDA.

 

Le missile MAST-F est destiné à équiper les hélicoptères d’attaque Tigre portés au futur standard 3 (ou Tigre Mk3) pour les doter d’une capacité de neutralisation de combattants, de cibles blindées et d’infrastructures, de jour comme de nuit et avec une portée maximale de 8 km. Il remplacera notamment le missile AGM-114 Hellfire II équipant actuellement les Tigre HAD français. Inscrit à l’origine dans le cadre d’une coopération franco-allemande, le développement du MAST-F n’est aujourd’hui conduit que par la France sous la houlette de la Direction générale de l’armement (DGA).

 

Des études de définition du programme, mais aussi de levée de risques et d’intégration sur le Tigre Mk3 sont en cours depuis 2016, avec les derniers livrables attendus pour juin prochain. La phase d’élaboration intervient en 2018, suivie l’an dernier par une étape de réalisation matérialisée par la sélection du titulaire de l’opération. Un processus qui devrait en théorie sourire à MBDA France, invité le 31 juillet 2019 à soumettre une offre dans le cadre d’une procédure de marché sans mise en concurrence supposant l’exclusion définitive des options Hellfire et Spike. L’offre correspondante a été remise en septembre 2019 par le missilier européen. Son évaluation, ainsi que les activités de préparation du contrat, étaient toujours en cours lors de la publication du plan des activités 2020 de l’OCCAR, il y a deux semaines.

 

Une fois contractualisé, MAST-F pourra donc faire l’objet d’« une intégration début 2020 conduisant au développement, à la production et au soutien en service », explique l’OCCAR. Il nécessitera alors l’installation d’une équipe de conduite au sein du nouveau site parisien de l’OCCAR, officiellement inauguré en décembre 2019. Selon le calendrier avancé, le développement et la production du MAST-F devraient s’étendre sur la période 2020-2040. Le soutien en service interviendra à partir de 2025 et pour une durée de sept ans, soit une mise en service intervenant deux ans après la passation des premières commandes.

 

Si l’on en croit l’OCCAR, l’année 2020 verra donc l’achèvement des études d’intégration du missile sur le futur hélicoptère Tigre Mk3, programme de rénovation à mi-vie poursuivi par la France, l’Allemagne et l’Espagne. Malgré la crise sanitaire, les équipes industriels et de l’OCCAR ont pu maintenir une réunion qui aura permis d’harmoniser certains piliers fondamentaux en vue de la signature du contrat correspondant en début d’année prochaine. Dans l’intervalle, Thales, Airbus Helicopters et MBDA parachèveront les études de levée de risques notifiées en septembre 2018. L’OCCAR prévoit en outre la candidature du Tigre Mk3 à l’un des 24 projets de recherche européens ouverts le 15 avril dans le cadre du dispositif EDIDP. La programmation actuelle du ministère des Armées envisage de commander la mise au standard 3 de 14 hélicoptères Tigre en 2020.

 

En parallèle au Tigre, l’OCCAR étudie l’éventualité d’une intégration du MAST-F sur le futur drone MALE européen (EuroMALE, Eurodrone, MALE RPAS, etc). Faute d’accord entre industriels français, italiens et allemands, cette perspective reste « hors de portée à ce stade », temporise l’organisation. En décembre 2019, celle-ci a été chargée d’évaluer, de clarifier et de faire converger toutes les éléments empêchant la conclusion d’un contrat négocié, qui « a été déplacée au deuxième trimestre 2020 ».

 

Le projet de drone MALE européen, autre piste d'intégration évoquée pour le missile MAST-F (Crédits  : OCCAR)

Le projet de drone MALE européen, autre piste d’intégration évoquée pour le missile MAST-F (Crédits : OCCAR)