IDEX 2019: le MMP s’ouvre de nouveaux fronts

De l’opération Barkhane à Djibouti et aux confins du Levant, en passant par Canjuers et les salons d’armement, le MMP de MBDA est de tous les fronts et de toutes les intégrations. Après les véhicules Scorpion et l’embarcation Ecume de Zodiac Milpro, ce missile antichar de 5e génération s’invite aujourd’hui sur le drone terrestre THeMIS de l’Estonien Milrem et le buggy Saluki de l’Émirien SAKT (Siham Al Khaleej Technology), deux concepts dévoilés au salon IDEX organisé cette semaine à Abou Dhabi (EAU).

 

Huit mois après le lancement du projet conjoint, MBDA et Milrem présente un premier concept de "drone antichar" durant IDEX (Crédit photo: MBDA)

Huit mois après le lancement du projet conjoint, MBDA et Milrem présente un premier concept de « drone antichar » durant IDEX (Crédit photo: MBDA)

 

Il n’aura fallu que huit mois depuis Eurosatory et l’annonce de l’étude de faisabilité pour permettre au duo MBDA-Milrem de présenter la première version durcie d’un « drone terrestre antichar ». Ce système inédit a pour vocation « de fournir, sans exposer le personnel aux feux directs, outre une capacité de détection et de surveillance, un appui antichar pour toutes les missions à caractère offensives, défensives ou de sureté menées au sein d’un sous-groupement tactique. Ainsi, une fois intégrés au sein d’une compagnie mécanisée ou d’une escadron de chars, les systèmes Milrem pourront appuyer, de manière discrète et efficace, les missions du sous-groupement », nous explique Francis Bordachar, conseiller militaire pour MBDA. En compagnie de son partenaire estonien, MBDA « travaille actuellement à la phase de concept exploratoire », ajoute-t-il. Il s’agit par là de sonder tous les scénarios opérationnels susceptibles d’être exécutés par le système, afin de parer à toute éventualité et surprise tactique lorsqu’il s’agira de le confronter aux conditions réelles d’engagement.

 

Comme annoncé en juin dernier, ce robot intègre la tourelle IMPACT (Integrated MMP Precision Attack Combat Turret) de MBDA. Conçue pour les plateformes légères, cette tourelle motorisée porte les capteurs EO/IR de la conduite de tir MMP ainsi que deux missiles prêts au tir et une mitrailleuse de 7,62 mm pour l’autoprotection. La « montée en puissance » de cette tourelle profite par ailleurs de l’expertise de Milrem en matière de cybersécurité, notamment pour la délicate phase de téléopération à distance du système. Confrontée aux cyberattaques régulières provenant du voisin russe, l’Estonie est rapidement devenue une référence en matière de protection des systèmes informatiques, soutenue par une industrie forcée d’innover sans relâche. Fortes des premiers retours positifs, les équipes de MBDA travaillent maintenant à affiner le concept en vue d’un premier tir réalisé au départ d’une tourelle IMPACT à l’automne prochain, annonce Bordachar. En attendant, ce projet commun sera présenté pour la première fois sur le sol français lors du salon SOFINS, qui aura lieu du 2 au 4 avril au Camp de Souge (Gironde).

 

Le MMP de MBDA intégré sur buggy Saluki et exposé au salon IDEX (Crédit photo: MBDA)

Le MMP de MBDA intégré sur buggy Saluki et exposé au salon IDEX (Crédit photo: MBDA)

 

Nullement limité aux plateformes robotisées, le MMP gagne aussi en agilité et en rapidité grâce à son association avec un buggy, d’emblée destinée à répondre aux besoins spécifiques des forces spéciales. Limitée, pour l’instant, au stade de l’étude exploratoire, cette solution est le fruit d’un partenariat établi de longue date avec SAKT. Vitrine de l’industrie italienne aux EAU, quand EDIC l’est pour la BITD française, ce consortium émirien avait en effet déjà travaillé avec MBDA sur un projet de tourelle navale.

 

Au terme d’une « phase de modélisation et de mise en place réalisée en moins de deux mois », MBDA et SAKT sont parvenus à proposer un nouveau vecteur « discret, extrêmement mobile et, surtout, doté d’une très forte puissance de feu », rapporte Bordachar. Basé sur un modèle produit par Saluki Motorsport, filiale dubaïote d’une marque britannique de véhicules légers tout terrain, ce « buggy antichar » entend « répondre à un réel besoin opérationnel ». Mais attention, rappelle Bordachar, « le MMP n’a pas vocation à remplacer totalement les missiles antichar actuellement en service dans la région, généralement des systèmes russes de type Kornet, mais bien à  compléter les systèmes tirant en mode CLOS (command in Line of Sight). Le MMP apporte en effet quatre ou cinq options de tir, parfaitement complémentaires du système russe, capacités toujours intéressantes en situation d’engagement direct ou pour des opérations nécessitant discrétion et grande précision terminale lors de la séquence de tir ».

 

Non content d’emporter deux systèmes d’arme en parallèle, le tourelleau Ghibili, également fourni par SAKT, ne pèse que 160 kg à pleine charge et incorpore une voie thermique, une voie de jour haute-définition et un télémètre laser. Son encombrement minimal et le poids plume du MMP – seulement 15 kg contre 23 kg pour un FGM-148 Javelin et une trentaine de kg pour un Kornet – n’ont dès lors aucun impact sur l’équilibre et les performances du véhicule, propulsé par les 525 ch de son moteur Chevrolet LS3 V8 (identique à celui des Corvette et Camaro).

 

Cette année s’annonce donc sous les meilleurs auspices pour le MMP, qui peut dès à présent compter sur la satisfaction d’un premier client majeur, l’armée de Terre. Après avoir parfaitement répondu aux attentes lors des phases d’essais opérationnels et sur le théâtre sahélo-saharien, le missile a démontré des capacités allant au delà du domaine nominal d’emploi, avec deux cibles détruites à 5.000 mètres lors d’une campagne effectuée en mai 2018 à Canjuers.

 

Outre un premier contrat export dont l’origine reste, pour l’instant, secrète, le MMP fera pleinement partie du programme belge CaMo. À l’instar de l’armée de Terre, il sera monté sur les tourelles des 60 futurs véhicules Jaguar de la Composante Terre belge. Il faudra néanmoins attendre l’adoption de l’Accord intergouvernemental franco-belge pour que CaMo devienne réalité et que le MMP reçoive officiellement ses seconds lauriers à export.