La DGA en quête de 18 millions de masques jetables

Masque obligatoire pour cette patrouille Sentinelle armée par le 5e régiment de dragons (Crédits: armée de Terre)

Masque obligatoire pour cette patrouille Sentinelle armée par le 5e régiment de dragons (Crédits: armée de Terre)

 

Les chiffres de contaminations au Covid-19 sont en hausse partout en France, et cette dégradation rapide de la situation sanitaire pourrait voir resurgir la question de l’approvisionnement en masques de protection. Du côté des Armées, la Direction générale de l’armement (DGA) a lancé un appel d’offres afin de disposer de stocks suffisants durant les trois prochaines années.

 

Dans un avis de marché publié vendredi dernier, la DGA projette l’acquisition de « dispositifs anti-projection de type masques jetables » pour protéger « les professionnels en contact avec le public ». Le retour vers un confinement strict n’étant pas à l’ordre du jour, le masque reste en effet l’une des principales barrières anti-Covid-19 pour les 10 000 militaires et civils relevant de la DGA.

 

Ce sont en tout 18,7 millions de masques qui pourraient être commandés pour le personnel concerné, dont plus de 7 millions pour la première année d’exécution de ce contrat de 36 mois. Ces lots seront livrés dans une trentaine d’entités métropolitaines réparties dans cinq zones géographiques : Paris, bassin parisien et centre, sud-est, sud-ouest et ouest.

 

« Verdissement » des Armées oblige, ce marché comprend une étude de faisabilité quant à « la revalorisation et/ou destruction des fournitures du titulaire dans un objectif de développement durable ».

Au vue des pénuries rencontrées dans les premiers mois de l’épidémie, la procédure de sélection insiste par ailleurs sur l’organisation industrielle des candidats et leur capacité à répondre à une éventuelle augmentation du besoin suivant l’évolution de la crise.

 

Les moyens de production, notamment, devront impérativement être implantés sur le territoire de l’Union européenne ou de l’espace économique européen. Le délai de livraison est un autre critère clef. L’avis de marché stipule qu’une première livraison devra avoir lieu dans les 10 jours suivant la notification pour un volume correspondant à environ 10 semaines de consommation.

 

Bien que moins médiatisée depuis la fin de l’été, la contribution de la DGA dans l’approvisionnement de masques de protection n’en reste pas moins décisive. Ses équipes sont, entre autres, à l’origine d’un protocole d’essais permettant de vérifier les capacités de filtration et de respirabilité des masques grand public. Plus de 7500 échantillons ont ainsi été analysés par l’établissement DGA Maîtrise NRBC de Vert-le-Petit en quatre mois. Et cette mission se poursuivait encore récemment. Début septembre, deux entreprises françaises recevaient à leur tour l’agrément DGA préalable au lancement de la production de masques transparents.