Covid-19 : deux décès au sein de la Défense belge

Les rotations opérationnelles se poursuivent malgré la crise sanitaire (Crédit : Défense/ Vincent Bordignon & Erwin Ceuppens)

Les rotations opérationnelles se poursuivent malgré la crise sanitaire (Crédit : Défense/ Vincent Bordignon & Erwin Ceuppens)

 

La pandémie de Covid-19 a fait ses premières victimes parmi le personnel de la Défense belge, révèle le CHOD (Chief of Defence), le général Marc Compernol, dans une interview diffusée hier par le quotidien flamand Het Laatste Nieuws.

 

« Il y a actuellement – le chiffre évolue quotidiennement – une centaine de contaminations confirmées, dont 10 gravement malades et malheureusement deux morts », explique le CHOD. Ni leur fonction, civile ou militaire, ni leur composante n’ont été détaillées. Le bilan est en hausse par rapport aux chiffres avancés le 8 avril par le ministre de la Défense Philippe Goffin, qui faisait alors état de 62 cas confirmés.

 

Près de 200 membres du personnel présentant des symptômes sont par ailleurs placés en quarantaine à leur domicile, « mais nous avons le même problème que tout le monde : nous ne pouvons pas tous les tester », ajoute le général Compernol.

 

Le CHOD s’est lui-même rendu jeudi dernier auprès des militaires déployés sur le territoire belge dans le cadre de la crise sanitaire. Après un passage par le quartier de Peutie, hub logistique national pour le matériel médical, il s’est rendu à l’hôpital militaire Reine Astrid (HMRA) de Neder-Over-Heembeek puis à la résidence Archambeau de Jette, l’une des six maisons de repos (l’équivalent belge des EHPAD) aujourd’hui soutenues par du personnel de la Composante Médicale.

 

La continuité des OPEX reste elle aussi prioritaire en dépit « des restrictions imposées à la liberté de circulation, des difficultés à obtenir les autorisations nécessaires pour exécuter des vols et des autorisations d’atterrir », constatait le chef des opérations de la Défense (ACOS Ops & Trg), le général-major Johan Peeters.

 

Les rotations vers l’Afghanistan et le Mali ont finalement pu être réalisées la semaine dernière, avec 15 jours de retard en raison des sas de quarantaine imposés avant et après chaque déploiement. Un détachement du 1/3 bataillon de Lanciers s’est envolé le 16 avril vers l’Afghanistan pour relever les militaires du bataillon Carabiniers Prince Baudouin-Grenadiers (1 C/1 Gr) dans le cadre de la mission Resolute Support (RSM) de l’OTAN.

 

Simultanément, des éléments du bataillon ISTAR s’envolaient pour le Mali afin de remplacer leurs collègues intégrés dans une unité ISR allemande au profit de la MINUSMA. « Une soixantaine de Belges portent cette tâche sur leurs épaules et continueront à le faire », précise la Défense à ce sujet. La propagation du coronavirus au Sahel est scrutée de près par l’état-major belge, qui y déploie plusieurs centaines de militaires. « Sur le continent africain en particulier, le pire semble encore à venir », soulignait le général Peeters.