Une mule de plus : Baudet-Rob2

Les mules sont définitivement l’une des « bébêtes » les plus en vues ces derniers temps. La dernière en date, le Baudet- (qui par défaut désigne un âne reproducteur) Rob2 a monopolisé l’attention sur le stand du ministère de la Défense lors de la journée inaugurale (13 juin) du salon Eurosatory. Les quatre variantes proposées sont capables de transporter de 25 à 800kg de matériel et de vous suivre de manière autonome, tel un petit chien.

 

Baudet-Rob2, ici dans sa version 100 kg, suis la personne dont elle a "mémorisé" les jambes (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Baudet-Rob2, ici dans sa version 100 kg, suis la personne dont elle a « mémorisé » les jambes (Crédit photo: Christina Mackenzie)

 

Vous vous tenez devant elle, poussez sur un bouton pour que la mule « mémorise » vos jambes et lorsque vous démarrez votre marche à vitesse normale, la mule vous suit silencieusement. Quand vous vous arrêtez, elle s’arrête. Quand vous changez de direction, elle tourne.

 

IMG_7437

Même entourée d’autres personnes, baudet-Rob2 suit son maître (Crédit photo: Christina Mackenzie)

 

 

Résultat d’un partenariat fructueux entre Effidence, jeune start-up fondée en 2009 – devenue depuis une vraie PME -, et deux laboratoires de recherche, l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture), qui est un institut de recherche environnementale et agricole, et l’Institut Pascal, Baudet-Rob2 a bénéficié du programme Astrid (accompagnement spécifique des travaux pour la recherche et l’innovation défense) initié par la DGA.

Astrid diffère du programme Rapid (dont nous vous parlions le 2 juin) dans le sens où au lieu de soutenir les sociétés désireuses de développer l’une de leurs idées, la DGA cherche des partenaires pour l’aider à concrétiser sa propre idée tant pour des usages militaire que civil.

 

Mais comment expliquer l’implication d’un institut de recherche agricole ? « Parce que les problématiques d’utilisation d’un robot dans l’agriculture sont très semblables à celles vécues sur un terrain militaire. Il doit faire face à un terrain très accidenté, détecter et éviter des obstacles, tels que des rochers, des plantes, etc., et être utilisable sous toutes les conditions climatiques, » explique Christophe Debain, de l’IRSTEA.

 

Et Debain d’expliquer à FOB que Baudet-Rob2 a déjà été acheté par la SNCF pour transporter les bagages des personnes à mobilité réduite, par DHL pour le transport de colis et par des viticulteurs et des cultivateurs de fruits et légumes. De quoi étonner le soldat en charge de montrer le système pour FOB !

 

Effidience a également développé l’intelligence artificielle qui permet au véhicule de se mouvoir, précise Debain Il s’agit à proprement parler du « cerveau », contrairement au Robbox (à propos duquel nous écrivions le 10 juin) qui ne concerne que le squelette et les muscles. C’est pourquoi ce cerveau créé par Effidience peut être adapté à d’autres plateformes à roues. Et, toujours selon Debain, la PME est davantage intéressée par le développement du cerveau que celui des muscles. « Mais dans tous les cas il s’agit d’un projet créateur d’emplois », explique fièrement Debain à FOB. Et à juste titre : la société a été créée par l’un de ses anciens étudiants !