Du 105 LG1 pour la Malaisie

Quand le FOB supposait la semaine dernière que les systèmes d’artillerie allaient se multiplier en Asie du Sud-Est, il ne se trompait qu’à moitié. On pensait canon automoteur de gros calibre et non artillerie légère tractée, mais surtout on ne pensait pas qu’une réussite française tomberait dans la foulée ! Les industriels de Nexter ont dépassé nos attentes puisqu’ils viennent de signer un contrat pour la livraison, d’ici février 2020, de 18 canons 105 LG1 aux forces armées malaisiennes.

 

Un 105 LG1 présenté sur le stand Nexter durant DSA 2018

Un 105 LG1 présenté sur le stand Nexter durant DSA 2018

 

Annoncé durant le salon DSA 2018, organisé cette semaine à Kuala Lumpur, « ce contrat est une nouvelle reconnaissance du savoir-faire du groupe Nexter dans le domaine de l’artillerie et des munitions. C’est un succès important dans notre stratégie qui vise à positionner notre groupe comme le partenaire de référence en matière d’artillerie en Asie », s’est félicité Olivier Travert, Directeur du Commerce Export pour le groupe Nexter.

 

Il faut dire que cette réussite résulte d’un travail de longue haleine: 20 longues années de négociation auront été nécessaires pour déboucher sur la signature du contrat. Outre les négociations, et la collaboration avec ADS sur plusieurs dizaines d’années, il fallait gagner en bout de course contre les Turcs de MKEK notamment, ou les Britanniques de BAE Systems.

 

Les six premières unités, accompagnées de munitions supplémentaires HE (High Explosive pour obus explosifs) et longue portée ERG3, seront livrées en kit à partir de novembre 2019. Tous seront également équipés de l’ordinateur balistique Bacara et du système de navigation inertielle Advans Lyra d’IxBlue. Les futurs LG1 malaisiens seront assemblés par le partenaire local du systémier-intégrateur, Advanced Defence Systems (ADS) sur son site de Gemas (sud de la Malaisie). Ce dernier sera également chargé de la maintenance des systèmes.

 

L’armée malaisienne devient donc la septième armée étrangère à adopter l’obusier, après la Belgique, l’Indonésie, la Colombie, Singapour, la Thaïlande, et le Canada, qui l’a éprouvé sur le difficile terrain afghan.

 

Développé par GIAT Industries dans années 80-90, le 105 LG1 notamment d’une légèreté et d’une mobilité qui ont fait sa renommée dans les armées qui l’opèrent depuis plusieurs années.

 

Sa mise en batterie et sortie de batterie sont réalisées en moins de 30 secondes par 5 artilleurs et, une fois déployé, le 105 LG1 peut tirer jusqu’à 12 coups/minute, à une portée allant de 1 à 11 km pour la munition US M1 et de 7 à 17 km pour la munition HE ER G3 de Nexter. Selon l’industriel français, en opération le 105 a fait preuve « d’une fiabilité, d’une mobilité, d’une manœuvrabilité et d’une puissance de feu inégalées ». Il constituerait alors aujourd’hui « l’arme d’appui-feu idéale pour les troupes engagées sous tous les climats, y compris sur les terrains les plus difficile ». D’ailleurs, avec moins de 1 600 kg sur la balance, il est transportable par véhicule 4×4 standard, héliportable et aérotransportable par avion de transport tactique type C-130.

 

Selon les informations données sur le salon DSA qui se tient à Kuala Lumpur jusqu’au 19 avril, le programme d’acquisition a été accéléré suite à la dégradation de la situation dans l’état de Sabah.

 

Il a également été souligné que le RETEX des forces colombiennes contre les FARC ont démontré l’efficacité du 105 français dans les forêts tropicales : déploiement rapide, extrêmement mobile et léger, grande précision, ces qualités lui ont valu d’être officiellement dénommé « Sniper » par l’armée sud-américaine.

 

Grâce au poids léger et à la souplesse de systèmes comme le LG1, facilement tractés par une Land Rover ou « droppés » par un hélicoptère Puma, l’utilisation de l’artillerie légère revient à la page pour les forces spéciales. Sur le champ de bataille, l’artillerie légère passe désormais d’un outil de saturation à un usage tactique.