Ce que vous réserve Eurosatory 2016 – 1ère partie

Des petits robots terrestres aux réseaux téléphoniques privés, en passant par les systèmes de détection chimique et biologique portables et les systèmes mobiles de contrôle des frontières, tant les PME que les grands groupes du secteur français de la sécurité offraient aujourd’hui (18 mai) aux journalistes un aperçu des nouveautés qui seront exposées au salon Eurosatory le mois prochain.

 

Ces produits fascinants ont, une fois encore, rappelé que l’innovation provient souvent de PME jouissant d’une plus grande souplesse et moins soumises aux tracasseries bureaucratiques que les géants du secteur.

 

Je détaillerai ces produits innovants aujourd’hui et demain, sans adopter un ordre particulier.

 

Le système de surveillance Spynel de HGH Infrared (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Le système de surveillance Spynel de HGH Infrared (Crédit photo: Christina Mackenzie)

La Spynel, conçue par HGH Infrared System, une PME de 50 personnes dont 20 dédiées à la R&D, est une caméra de  surveillance infrarouge compacte. Celle-ci  est disponible en cinq variantes : C (version  originale sécurisant actuellement plus de  100 sites de par le monde), S (détecte  automatiquement toute intrusion humaine  dans un rayon de 12 km), U (qui comprend aussi une caméra de jour), X (la plus puissante, capable d’identifier une personne jusqu’à 8 km), et M, la plus récente et la  plus petite de la famille, ne pesant que 1,8 kg pour 20 cm de hauteur. Dévoilée en 2015, la Spynel M fût conçue spécifiquement à destination des forces spéciales, qui peuvent la transporter aisément dans leur sac à dos et la déployer rapidement pour détecter toute intrusion humaine dans un rayon de 750m autour de leur position.

 

 

 

Une armée de fourmis? Plutôt une nuée de robots Nerva chacun équipés d'une charge différente (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Une armée de fourmis? Plutôt une nuée de robots Nerva chacun équipé d’une charge différente (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Le Nerva, de Nexter  Robotics, n’est pas réellement  un nouveau venu – il fût  présenté en 2012 à Eurosatory  – mais a considérablement  évolué depuis lors et peut  dorénavant embarquer une  vingtaine de charges utiles  différentes. Il a entre temps été  adopté non seulement par la police et les forces spéciales de la Gendarmerie (RAID et GIGN) mais également par nombre de leurs homologues européens, telles la Belgique et la Suisse.

 

Le pied de cette personne donne une idée de grandeur du Nerva (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Le pied de cette personne donne une idée de grandeur du Nerva (Crédit photo: Christina Mackenzie)

 

 

Mais l’essentiel des ventes est néanmoins réalisé dans le secteur de la défense. « Nous sommes uniquement limités par notre imagination ! », expliquait à FOB Joel Robillon, directeur de Nexter Robotics.

 

Ce robot sera utilisé durant les Jeux Olympiques de Rio cet été pour scanner le dessous des voitures lorsqu’elles entrent dans les  parkings.

 

...une chenille, si cela est nécessaire pour évoluer sur le terrain à couvrir (Crédit photo: Christina Mackenzie)

…une chenille, si cela est nécessaire pour évoluer sur le terrain à couvrir (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Les roues du Nerva peuvent être enlevées du châssis aussi rapidement qu'un DVD de sa boîte pour être remplacés par... (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Les roues du Nerva peuvent être enlevées du châssis aussi rapidement qu’un DVD de sa boîte pour être remplacées par… (Crédit photo: Christina Mackenzie)