La Grèce souhaite rejoindre la TF Takuba

Des hélicoptères Bell-206 et CH-47D de la 1ère brigade d'aviation de l'armée hellénique (Crédits: État-major général de l'armée hellénique)

Des hélicoptères Bell-206 et CH-47D de la 1ère brigade d’aviation de l’armée hellénique (Crédits: État-major général de l’armée hellénique)

 

La Grèce souhaite à son tour s’engager au sein de la Task Force Takuba, unité de forces spéciales européennes déployée avant la fin de l’été en appui des forces armées maliennes (FAMa). Une intention confirmée lors de la première réunion, le 12 juin par visioconférence, de la Coalition internationale pour le Sahel officiellement lancée en avril.

 

Non évoqué jusqu’alors, le projet de participation de la Grèce s’inscrit dans une volonté plus large d’accroître sa présence militaire et diplomatique au Sahel. « J’ai exprimé la volonté de notre pays d’établir une présence politique encore plus active en Afrique de l’Ouest, à la fois en participant à la Task Force Takuba et en ouvrant une ambassade de Grèce au Sénégal », déclarait le ministre des Affaires étrangères grec Nikos Dendias en marge de la visioconférence.

 

Les militaires grecs sont engagés au Sahel depuis 2013 dans le cadre de la mission européenne de formation européenne EUTM-Mali. Leur implication dans la TF Takuba n’a pas été détaillée, de même que le processus parlementaire préalable éventuellement nécessaire pour avaliser ce nouveau mandat.

 

Hormis la Grèce, le Canada s’est officiellement joint à la Coalition internationale pour le Sahel, ses ministres des Affaires étrangères et de la Défense insistant sur « la volonté du Canada de contribuer aux efforts internationaux visant à stabiliser la région, en participant à des opérations, à des exercices et à des initiatives de renforcement des capacités ». Les militaires canadiens sont actifs depuis longtemps au Sahel, notamment au travers de la MINUSMA et de l’opération Frequence activée périodiquement au profit de Barkhane.

 

Les soutiens se sont multipliés cette semaine en faveur des dispositifs français et européens au Sahel. Après le feu vert parlementaire suédois acquis jeudi, synonyme d’au moins 150 personnels et de quelques hélicoptères pour la TF Takuba, le Royaume-Uni a annoncé vendredi sa volonté de maintenir le détachement héliporté déployé en appui de Barkhane. Depuis leur arrivée en 2018, les trois CH-47 Chinook britanniques ont transporté de plus de 13 000 passagers et 1100 tonnes de fret au cours de 2000 heures de vol.