Covid-19: comment le ministère des Armées soutient les PME de défense

(Crédit : ministère des Armées)

(Crédit : ministère des Armées)

 

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Pour prévenir autant que possible l’affaiblissement d’un maillage industriel stratégique, le ministère des Armées a déployé le 23 mars un plan de soutien à destination des 26 000 PME et ETI opérant à son profit, directement ou en sous-traitance d’un grand maître d’œuvre industriel. Deux semaines après son lancement effectif, retour sur un dispositif inédit.

 

Avec une économie pratiquement à l’arrêt, toutes les PME et ETI du secteur de l’armement rencontrent ou risquent de rencontrer à court terme des problèmes financiers. « Plusieurs milliers dentre elles ayant directement ou indirectement des contrats avec le ministère, nous sommes naturellement à leur écoute et devons orienter ces entreprises vers les bons dispositifs, voire les accompagner nous-mêmes lorsque nous en avons les moyens », nous explique le ministère des Armées.

 

Cette mission a, en toute logique, été confiée à la Direction générale de l’armement (DGA), coordonnatrice de l’ensemble de la politique PME du ministère des Armées depuis le 1er janvier 2020. Concrètement, cela s’est traduit par l’ouverture d’une hotline accessible du lundi au vendredi ainsi que d’un site web afin de fournir « des réponses concrètes dans les meilleurs délais possibles ».

 

À l’autre bout du fil, une task force d’une dizaine d’agents du Service des affaires industrielles et de l’intelligence économique de la DGA. Compte tenu de l’urgence de la situation et du contexte sanitaire, la mise en place de cette task force est « un véritable défi » pour les équipes de la DGA, contraintes de monter un tel dispositif en quelques jours dans un contexte de télétravail imposé.

 

Cette cellule assure un dialogue permanent avec les PME et traite chaque dossier en coopération étroite avec tous les acteurs du ministère des Armées, dont ceux en charge de la contractualisation et du paiement des factures. L’exercice, contraint par les paramètres nouveaux qu’impose le confinement, « nécessite un important travail de coordination », ajoute le ministère.

 

Si les factures des entreprises sont toujours déposées sur le portail public Chorus Pro, les requêtes et questions peuvent maintenant également être transmises via la plateforme internet interministérielle « démarches-simplifiées.fr », vers laquelle les entreprises sont renvoyées après un éventuel premier échange téléphonique. Cette plateforme unique permet de structurer et de centraliser les demandes, qui sont ensuite traitées en fonction de leur nature. Les entreprises bénéficient ensuite d’un suivi automatisé du traitement de leur dossier, leur évitant de surcharger la hotline.

 

Parallèlement et dès le début du confinement, la direction des affaires financières a adapté le processus de traitement des factures pour soutenir les entreprises et s’adapter en temps réel à la nouvelle organisation des services qui s’est imposée. « Les circonstances exigent plus que jamais que les délais de paiement aux entreprises ne soient pas allongés », rappelle le ministère des Armées. Faute d’une trésorerie suffisante, une partie des PME et ETI pourraient en effet être forcée de déposer le bilan, privant les Armées de compétences et de technologies essentielles.

 

C’est pourquoi la ministre des Armées Florence Parly a donné son feu vert au dispositif de traitement accéléré du paiement des factures proposé par la direction des affaires financières. Son principe ? Certifier et mettre en paiement, sans attendre l’attestation de réalisation du service, pour toute facture inférieure à 5000€, soit la très grande majorité des factures reçues par le ministère des Armées. D’application pour une durée de 30 jours, cette modalité de traitement permettra aussi « de restituer du temps aux effectifs en poste pour instruire les factures plus complexes dans des délais corrects et ne pas aggraver la situation financière des entreprises », nous précise-t-on.

 

La communication ministérielle aidant, ce dispositif présente dès à présent des premiers résultats encourageants. Quatre jours après son lancement, une trentaine d’entreprises avait sollicité un accompagnement de la DGA. Le nombre de factures de moins de 5000€ en attente a quant à lui baissé de manière significative et ne concernait plus que 62% du total au vendredi 27 mars. « Soit un gain de 14 points en seulement 24 heures », observe le secrétariat général pour l’administration du ministère des Armées.