Belgique : le JLTV retenu pour remplacer les Lynx de la Défense

Le JLTV d'Oshkosh, remplaçant du Lynx belge (Crédits : Oshkosh Defense)

Le JLTV d’Oshkosh, remplaçant du Lynx belge (Crédits : Oshkosh Defense)

 

Le remplaçant des véhicules Lynx de la Défense belge est désormais connu, et ce choix résonne étrangement à l’heure où l’Europe de la défense tente de s’affirmer. Il s’agit en effet du véhicule blindé JLTV de l’entreprise américaine Oshkosh, dont l’acquisition a été approuvée aujourd’hui par le Conseil des ministres.

 

Trois ans après son lancement, ce programme verra donc Oshkosh livrer 322 « Command and Liaison Vehicles » pour environ 135 M€. Selon la Direction générale des ressources matérielles (DGMR), les premiers exemplaires seront livrés en 2023, soit trois ans avant le retrait de la flotte actuelle. De source industrielle, Oshkosh aurait été préféré à Thales (France), GDELS-Mowag (Suisse), KMW (Allemagne) et UROVESA (Espagne).

 

Les véhicules sont destinés aux Composante Terre (302) et Médicale (20). Une partie du parc sera équipé d’un tourelleau téléopéré deFNder Light acquis dans le cadre programme Cross-platform Remote Controlled Weapon Station attribué en novembre 2018 à FN Herstal.

 

Détaillé en décembre 2019, le besoin évoquait alors un véhicule 4×4 de classe N2G présentant une masse en ordre de marche d’au maximum 8,5 tonnes (blindage compris) et capable de transporter au moins 1,5 tonne de charge utile. L’aérotransportabilité par A400M – et non plus par C-130H – était également exigée.

 

La Belgique envisageait un produit disponible sur étagère pour éviter des coûts de développement. « Le programme recherchait donc un véhicule mature qui avait déjà été livré aux pays partenaires. Cela signifie que le véhicule a fait l’objet d’une analyse approfondie de la charge à vie dans un pays partenaire (USA)« , précise La Défense

 

La Belgique devient le cinquième client export à adopter ce véhicule après la Lituanie, le Monténégro, la Slovénie et la Macédoine du Nord. D’autres pays européens ont également exprimé leur intérêt, dont le Royaume-Uni au profit de ses forces terrestres.