Allemagne: le Bundestag débloque 1Md€ pour de nouveaux investissements capacitaires

Le lance-roquettes multiple MARS II en service dans la Heer (Crédits: Bundeswehr/Mario Bähr)

Le lance-roquettes multiple MARS II en service dans la Heer (Crédits: Bundeswehr/Mario Bähr)

 

De nouveaux investissements capacitaires au profit de la Bundeswehr ont été avalisés ce jeudi par la commission du Budget du parlement allemand (Bundestag). Sur le milliard d’euros engagé, la moitié financera l’acquisition de roquettes guidées supplémentaires pour les systèmes MARS II et la conversion de missiles sol-air Patriot.

 

Roquettes, missiles, modernisation de véhicules blindés, chars pont,… tout programme d’armement dont le volume budgétaire dépasse 25M€ nécessite l’accord préalable des parlementaires allemands. Le feu vert obtenu ce jeudi sourit majoritairement à l’armée de terre (Heer), qui capte à elle seule les trois quarts des crédits octroyés.

 

Pour la Heer, l’effort porte avant tout sur la commande de 1818 roquettes guidées M31 Unitary supplémentaires pour les lance-roquettes multiples MARS II pour un montant de 278M€. Dotée d’une portée de 70 à 80 km, la roquette M31 Unitary intègre une fusée tri-mode – proximité, impact, retard -, une capacité de correction de la trajectoire en phase finale et une antenne GPS durcie. Les livraisons interviendront en 2023.

 

Les unités du génie, ensuite, percevront 24 chars pont Iguane (Leguan en allemand) pour 330M€. Une première tranche de sept exemplaires avait été commandée en 2016. Destiné à remplacer les chars Castor (Biber) d’ici la fin de la décennie, le char Iguane est composé d’un pont de 26 mètres capable de supporter des plateformes de classe de poids MLC 80. Enfin, 405 véhicules de transport de troupe GTK Boxer recevront de nouvelles caméras proximales. Valorisée à 69M€, l’intégration de ce système permettra de compenser l’absence de visibilité du pilote sur le flanc droit du Boxer, une faiblesse mettant directement en danger tout personnel ou véhicule évoluant dans l’angle mort de ce blindé de 36 tonnes.

 

Quant au parapluie antiaérien allemand, celui-ci profitera de la conversion de 170 intercepteurs Patriot PAC-3 de l’inventaire actuel au dernier standard Missile Segment Enhancement (MSE) pour 213M€. En comparaison au PAC-3, cette version dispose d’une portée accrue (35 km contre un missile balistique) et d’une meilleure manoeuvrabilité face à des cibles plus rapides et plus agiles. Cette annonce n’est pas sans rappeler le contrat approuvé en juillet 2019 par le département d’État américain au travers du dispositif « Foreign Military Sale » (FMS).

 

Cette FMS s’était dans un premier temps traduite par la contractualisation en novembre 2019 d’un lot de 50 missiles PAC-3 MSE pour 292M€. Cet intercepteur formera par ailleurs le segment haut du système appelé à remplacer les batteries Patriot dans le cadre du programme TLVS (Taktische Luftverteidigungssystem). Une troisième offre devait être soumise avant l’été par le consortium TLVS GmbH retenu par la Bundeswehr, formé par MBDA Deutschland et Lockheed Martin. Cette nouvelle proposition servira de base pour les négociations contractuelles finales d’un programme évalué à 8Md€.

 

Que ce soit pour le système MARS II ou pour les batteries Patriot, l’objectif reste le même pour la Bundeswehr: être au rendez-vous en 2023 lorsque l’armée allemande reprendra les rênes de la force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation (Very High Readiness Joint Task Force – VJTF), le fer de lance de l’OTAN. Conçue pour être déployée sous très court préavis, la VJTF repose sur une brigade multinationale d’environ 5000 militaires disposant d’un soutien aérien, naval et des forces spéciales. Cette force placée en phase d’alerte est conduite à tour de rôle par l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie, la Pologne, le Royaume-Uni et la Turquie. La dernière prise de commandement allemande remonte à 2019, la VJTF s’était alors appuyée sur la 9e brigade blindée stationnée à Munster.