SOFINS 2017: Nexter dévoile son casque connecté

Le premier démonstrateur du casque connecté FINDADFI de Nexter

Le premier démonstrateur du casque connecté FINDADFI de Nexter

Il est désormais loin le temps où Nexter n’était associé qu’aux « gros engins ». Bien au contraire, le systémier-intégrateur français ouvre grand les portes de son portfolio aux systèmes tactiques légers, à l’image du casque connecté FINDADFI. Dévoilé lors du salon Eurosatory 2016 et aujourd’hui parvenu au stade de démonstrateur, FINDADFI est la réponse de Nexter face « au besoin des forces spéciales françaises en matière de casque connecté », nous explique Pascal Dumoret, conseiller technique opérationnel pour Nexter, à l’occasion du salon SOFINS organisé du 28 au 30 mars au camp de Souge (Gironde).

 

Dernier-né de la gamme de systèmes de combat FINDERS C2, FINDADFI est avant tout conçu pour les missions d’infiltration et le Blue Force Tracking sous voile ou au sol. Si le casque connecté n’a en soi rien d’une nouveauté, Nexter a su y apporter modularité, légèreté et ergonomie afin que le combattant puisse disposer, via la réalité augmentée, d’informations l’aidant à répondre à un maximum d’objectifs opérationnels.

 

FINDADFI se présente sous la forme d’un exocasque constitué de « modules fonctionnelles » reliés à un afficheur escamotable, le tout étant complètement dépourvu de câbles et facilement interchangeable par plug and play. Ces « briques Lego », de la taille d’une boite d’allumettes, fournissent la modularité nécessaire aux opérations spéciales, en autorisant l’opérateur à adapter son exocasque en quelques secondes en fonction de l’évolution de la mission. Pour atteindre un tel niveau de miniaturisation, Nexter s’est adjoint les services de Photospace, dont le savoir-faire a notamment permis d’intégrer trois fonctionnalités au sein d’un unique module (messagerie, géolocalisation et navigation).

 

Et le portfolio de fonctions est pratiquement infini, allant de la simple batterie, qui offre à l’heure actuelle 1h30 d’autonomie, aux modules de navigation, d’altimétrie ou encore, de géolocalisation. Il est ainsi possible d’y intégrer des plans de vols permettant au chuteur opérationnel de suivre un itinéraire en temps réel.

 

L

Le second démonstrateur, allégé de 250 grammes par rapport à son prédécesseur, présente un exocasque souple

 

Contrairement au premier démonstrateur, la version 2.0 présentée cette semaine au salon SOFINS incorpore des modules fonctionnels doubles pour l’utilisation de système plus complexes et adopte une structure souple pour un gain de poids de 250 grammes. Détail non négligeable, FINDADFI est pratiquement dépourvu de signature thermique. Une série de tests réalisés en coordination avec la STAT, le service technique de l’armée de terre, ont ainsi confirmé que, de face, l’exocasque ne pouvait être discerné de la signature thermique d’un casque traditionnel.

 

Mais FINDADFI comprend également une fonction de messagerie autorisant la communication entre opérateurs au moyen d’un gant haptique relié par Bluetooth à l’exocasque et développé en partenariat avec la branche défense d’Oakley France. Grâce à un simple mouvement des doigts, le soldat peut déjà envoyer cinq messages essentiels à ses coéquipiers. Plus encore, l’exocasque comprend un module émettant un « message » au travers d’une suite prédéfinie de vibrations afin de maintenir le flux de communication en cas d’escamotage de l’afficheur, par exemple en cas d’utilisation d’une arme.

 

un gant doté de la technologie haptique, développé en partenariat avec Oakley France

un gant doté de la technologie haptique, développé en partenariat avec Oakley France

 

Quant au futur de FINDADFI, « nous projetons de présenter une version finale du second démonstrateur en 2017 », précise Dumoret. Un troisième démonstrateur est déjà à l’étude et devrait intégrer de nouvelles fonctionnalités, tels qu’ « un détecteur de départ de coups amis, dont l’étude commencera à l’été 2018, et un dispositif anti-collision pour les chuteurs opérationnels », révèle Dumoret. D’ici début 2018, le trio géolocalisation-navigation-communication sera étendu à l’échelon PCO grâce à la miniaturisation du système FINDSAT qui, une fois connecté à la constellation de satellites IRIDIUM, offrira une couverture mondiale au combattant déployé.

 

Nexter travaille en outre à l’intégration d’un flux vidéo sur l’afficheur, permettant, entre autres, à l’opérateur de piloter un robot. Enfin, Nexter projette de doter FINDADFI d’une nouvelle visière en remplacement des afficheurs traditionnels. Une fois arrivé à maturité, FINDADFI sera proposé à l’ensemble des forces conventionnelles de l’Hexagone.