Le Tigre standard 3 est lancé

La phase d’élaboration du « standard 3 » de l’hélicoptère d’attaque Tigre est lancée, confirmait aujourd’hui la ministre des Armées, Florence Parly, dans un communiqué officiel. Actée le 2 mai en Comité ministériel d’investissements, cette décision « s’inscrit directement dans le cadre fixé par le Conseil franco-allemand de défense et de sécurité du 13 juillet 2017 », précise la Ministre.

 

Un Tigre HAD de l'ALAT (Crédit photo: Anthony Pecchi/Airbus Helicopters)

Un Tigre HAD de l’ALAT
(Crédit photo: Anthony Pecchi/Airbus Helicopters)

 

Conduit en coopération avec l’Allemagne, ce programme est une « nouvelle étape pour l’Europe de la défense et la consolidation de notre industrie », annonçait-elle vendredi dernier sur son compte Twitter. Le standard 3, dont l’étude d’architecture avait été attribuée à Airbus Helicopters en juillet 2015 par l’OCCAR, permettra à l’ALAT de disposer d’ « hélicoptères adaptés à l’évolution anticipée des menaces jusqu’à l’horizon 2040 ».

 

Ce futur standard, qui correspond à la rénovation à mi-vie du Tigre, améliorera principalement ses capacités de détection, reconnaissance et d’identification, ainsi que son armement. L’effort portera notamment sur l’avionique, les capteurs, l’affichage tête haute et les systèmes de communication avec l’adjonction, entre autres, de la Liaison 16 et du Blue Force Tracking.

 

Le standard 3 est en outre étroitement « associé au renouvellement du successeur du missile air/sol », rappelle le rapport annexé de la LPM 2019-2025. L’armée française souhaite en effet remplacer les missiles AGM-114 Hellfire II par un nouveau missile longue portée, au travers d’un programme baptisé « Missile Air-Surface Tactique Futur » (MAST-F). En août 2017, Airbus Helicopters avait d’ailleurs décroché le marché de l’étude d’intégration du MAST-F sur l’hélicoptère Tigre. Qui, de Lockheed Martin avec une version modernisée du Hellfire, ou de MBDA et ses MHT, EMMH, et Brimstone 3 sera retenu ? Réponse d’ici 2020 au minimum.

 

Un second développement concerne la munition tirée par le canon de 30 mm 30M781 produit par Nexter. Bien que l’Obus Semi-Perforant Explosif Incendiaire (OSPEI) ait largement démontré son efficacité sur le théâtre afghan, il aurait été moins performant sur dans l’environnement sablonneux du Mali, où les obus s’enfonçaient profondément dans le sol avant d’exploser. L’ALAT serait donc actuellement à la recherche d’une nouvelle munition présentant une pénétration moindre, au profit d’une meilleure capacité explosive.

 

Reste l’épineuse question budgétaire, sur laquelle l’hôtel de Brienne est jusqu’à présent resté muet. Si le partenariat avec l’Allemagne doit permettre de lisser les coûts en communalisant les besoins, le standard 3 offre aussi l’opportunité d’endiguer l’hémorragie financière du MCO tout en augmentant la disponibilité, particulièrement faible en ce qui concerne le Tigre. D’après les chiffres disponibles, seuls 26% des hélicoptères étaient disponibles entre janvier et août 2017.