Espagne : priorité au Piranha

L’armée espagnole traîne depuis 2006 un projet de remplacement de sa flotte de véhicules blindés. Ces blindés moyens sur roues (BMR) qui avaient montré leurs limites face au feu en Afghanistan vont être remplacés par une version espagnole du Piranha 8×8. Les généraux de l’Ejército de tierra s’impatientant d’un processus d’acquisition trop long pour un besoin plus qu’urgent, espèrent une accélération du programme, étape majeure de la modernisation des forces. 

 

Le VCR espagnol Piranha 5 (Jane's)

Le VCR espagnol Piranha 5 (Jane’s)

 

Le programme dont il est question ici est la la priorité des forces terrestres espagnoles qui semblent attendre depuis toujours un nouveau véhicule en remplacement du BMR 6×6, vieux de quarante-ans maintenant. La production devait initialement être opérationnelle en 2018 mais, dans les faits, le véhicule qui possède deux roues de plus que son prédécesseur (et plein d’autres choses) en arrive seulement à la phase de tests, puisqu’il sera aux mains des ingénieurs de l’armement espagnols à partir du mois de mars.

 

Selon la presse spécialisée nationale, le programme est également la priorité du ministère de la défense, qui a prévu d’acquérir 348 unités du véhicule de combat sur roues (VCR) dans une première phase d’achat. Pour un coût estimé à 3,8Mds€, 1000 véhicules pourraient être commandés auprès de General Dynamics European Land Systems (GDELS), qui a remporté les premiers contrats de développement en 2015, via sa filiale espagnole San Barbara Sistemas en partenariat avec les industriels nationaux Indra et Sapa.

 

Général Varela, le chef d’État-major de l’armée de Terre et le secrétaire d’Etat à la défense, Augustin Conde, n’attendent plus que les fonds nécessaires au lancement de la première phase. « Chaque projet a besoin d’un budget, nous sommes confiants qu’il arrivera à temps afin de ne pas retarder le processus de modernisation dont l’armée a besoin » a ainsi déclaré le général. Pour exaucer les voeux des généraux, la ministre de la défense, Cospedal, prévoit de faire bondir le budget de défense de 0,8% du PIB (8,7Mds€) à 1,53% (18,47Mds€) d’ici 2024. En effet, si une nouvelle flotte blindée est la priorité du ministère, celui-ci vise dans le même temps à acquérir plusieurs sous-marins S-80 et frégates F-110, hélicoptères NH-90 et avions ravitailleurs ainsi qu’un remplaçant du F-16, ce qui devrait mettre les Cortes Generales dans tous leurs états.

 

Si on lui en donne les moyens, l’armée remettra d’ici novembre plusieurs exemplaires du VCR aux hommes de Legión Española, unité désignée pour effectuer les essais opérationnels, et le contrat de production pourra être initié courant 2019. Les légionnaires évalueront pendant six mois les technologies qui équipent le nouveau véhicule, avec pour objectif de choisir l’équipement des différentes versions du VCR 8×8. Il aura jusqu’à 13 configurations différentes toutes équipées d’un système de communication par satellite. Le véhicule ne pèsera pas plus de 33 tonnes et aura une suspension hydro-pneumatique de nouvelle génération. Il devrait pouvoir dépasser 100 km/h et répondre à une mission tactique ininterrompue de 72 heures.

Le développement du véhicule devait impérativement faire progresser la sécurité de l’équipage en proposant un blindage contre les engins explosifs improvisés dont la menace s’accentue sur les champs de bataille asymétriques. Les versions d’infanterie et de cavalerie seront équipées d’un canon ATK MK44-ABM Bushmaster II MG3 7,62 mm voire de lance-grenades Wegmann de 76 mm. La version infanterie aura également un double système de missiles Spike dans sa version anti-véhicule. Un système de connaissance de la situation permettra de savoir ce qui se passe à l’extérieur du véhicule sur 360°.

 

Le véhicule, qui sera produit en Espagne et exportable sous licence GDELS, est basé sur le Piranha 5 de General Dynamics qui a été développé par les Suisses de MOWAG. Aujourd’hui entité de General Dynamics, MOWAG continue de développer son véhicule blindé pour divers armées européennes. Les Danois en ont commandé 309 unités en 2015, tandis que les Roumains signaient le 12 janvier dernier, un contrat d’acquisition de 227 exemplaires du même véhicule 8×8, dont la majorité sera produite à Bucarest.