Les forces spéciales estoniennes en ordre de marche au Mali

Des militaires de l'ESTSOF  déployé à Gao à l'aide d'un C-17A du SAC (Crédits: ministère de la Défense estonien)

Des militaires de l’ESTSOF déployé à Gao à l’aide d’un C-17A du SAC (Crédits: ministère de la Défense estonien)

 

Le détachement estonien « a entamé cette semaine son service  au sein de la Task Force Takuba au Mali », annonce ce matin le ministère de la Défense estonien. En coordination avec le partenaire français, il constitue le noyau initial de forces spéciales européennes déployées pour conseiller, assister et accompagner au combat les forces armées maliennes.

 

« Les forces spéciales estoniennes participent à cette opération à l’invitation de la France et du Mali. Nous avons déjà opéré en conditions désertiques auparavant et nous mettons en oeuvre ce savoir-faire au Mali », déclarait à cette occasion le lieutenant-colonel Margus Kuul, à la tête du commandement des opérations spéciales (ESTSOF) depuis 2019.

 

« Les activités des forces spéciales ont un impact stratégique, car le terrorisme ne tient pas compte des frontières. Des opérations spéciales doivent être menées là où elles ont le plus d’effet sur les terroristes », explique-t-il, ajoutant que les forces spéciales estoniennes ont reçu la meilleure formation possible pour accomplir des missions complexes.

 

La cinquantaine de militaires estoniens est visiblement parvenue au Mali grâce à l’un des trois C-17A Globemaster III fournis par l’OTAN au travers du dispositif multinational « Strategic Airlift Capability » (SAC). Depuis mars 2016, le SAC est régulièrement mis à profit pour déployer du personnel et du matériel à Gao, tant dans le cadre de Barkhane que pour des missions onusiennes. Côté estonien, la capacité d’emport (maximum 77 tonnes) du C-17A s’avérait indispensable pour convoyer les quatre véhicules tactiques Jackal 2 loués au Royaume-Uni.

 

Officiellement opérationnelle depuis hier, la TF Takuba doit atteindre sa capacité opérationnelle initiale dans le courant de l’été. Le contingent franco-estonien sera rejoint en octobre par 60 militaires tchèques, puis en janvier par 150 Suédois.