Jusqu’à 250 militaires suédois au sein de la TF Takuba

Un détachement ISR suédois au coeur d'une tempête de sable au Mali (Crédit : Forces armées suédoises)

Un détachement ISR suédois au coeur d’une tempête de sable au Mali (Crédit : Forces armées suédoises)

 

La Suède envisage de déployer jusqu’à 250 militaires au sein de la future Task Force Takuba, unité de forces spéciales européennes prochainement créée afin d’accompagner l’armée malienne au combat. Une proposition de loi sera bientôt soumise au Parlement par le gouvernement suédois.

 

Une fois actée, la contribution suédoise prendra la forme d’une « force de réaction rapide héliportée » très probablement constituée d’éléments provenant du Särskilda Operationsgruppen (groupe des opérations spéciales) et d’hélicoptères UH-60M (Hkp 16) et/ou NH90 TTH (Hkp 14E).

 

Selon la proposition de loi, la Suède mettra 250 militaires à disposition de la TF Takuba de la fin de cet été au 31 décembre 2021. Un maximum de 150 d’entre eux seront déployés au Sahel « dans des circonstances normales, » stipule le document. En cas de besoin, cette contribution pourra être ponctuellement renforcée par, au plus, un centaine de militaires supplémentaires. Le coût de l’opération est estimé à 35M€ pour la première année de mandat.

 

« La MINUSMA joue un rôle important mais ne répond pas à tous les défis qui existent au Mali actuellement. La Task Force Takuba représente un effort plus consistant, avec des forces spéciales et des hélicoptères qui oeuvreront dans des conditions différentes, » déclarait la ministre suédoise des Affaires étrangères, Ann Linde.

 

Les militaires suédois sont présents depuis plus de cinq ans au Mali. La grande majorité du contingent, approximativement 250 militaires, est déployée en soutien de la MINUSMA. Ce détachement consiste en une capacité ISR opérant au départ de Camp Nobel (Tombouctou) et en un avion de transport tactique C-130H basé à Camp Bifrost (Bamako). La capacité ISR devrait basculer d’ici peu vers Gao.

 

Avec un apport français supposément supérieur à celui de la Suède, la cinquantaine de militaires promis par l’Estonie, de même que les 60 soldats envoyés par la République tchèque et les détachement attendus de Norvège, du Danemark et de Finlande, la TF Takuba pourrait rassembler près de 400 militaires. Voire plus, la France continuant à solliciter ses partenaires européens en prévision d’un retrait américain au Sahel.

 

« Si les Américains devaient se retirer, il faudrait un engagement plus fort des Européens. C’est l’objet de la Task Force Takuba que nous souhaitons mettre en place avec les partenaires qui partagent notre appréciation sur la situation. Nous allons continuer à les solliciter pour qu’ils nous aident, au-delà des contributions existantes des Estoniens, des Danois, des Britanniques, des Espagnols et des Allemands, » soulignait le chef d’état-major des Armées, le général Lecointre, en février lors d’une audition au Sénat. La montée en puissance de cette nouvelle structure est prévue pour cet été, avec une capacité opérationnelle finale (FOC) atteinte à l’automne prochain.