Barkhane : le Danemark réajuste son dispositif en raison du Covid-19

L'un des deux hélicoptères EH-101 déployés au Sahel par le Danemark (Crédit : ministère de La Défense danois)

L’un des deux hélicoptères EH-101 déployés au Sahel par le Danemark (Crédit : ministère de La Défense danois)

 

Tous les militaires déployés par le Danemark en appui de l’opération Barkhane sont désormais regroupés sur l’emprise principale de Gao (Mali) en raison de l’épidémie de Covid-19, déclare aujourd’hui le ministère de la Défense danois. Une partie du personnel danois opérait auparavant au départ de l’aéroport de Niamey, au Niger.

 

Deux hélicoptères de transport EH-101 et environ 70 militaires danois sont déployés au Sahel depuis la mi-décembre 2019. D’après la Défense danoise, les militaires détachés à Niamey pour soutenir les rotations de personnel et effectuer le ravitaillement des appareils ont été rapatriés sur la plateforme malienne « en raison de la situation actuelle du coronavirus/Covid-19 ». Pour l’instant, ce regroupement ne semble pas avoir affecté le rythme des missions, avec près de 109 passagers et 820 kg de fret transportés lors des sept derniers sept jours.

 

Selon les derniers chiffres officiels, le Niger compte un total de 253 cas confirmés de Covid-19 pour 10 décès. La situation au Mali s’avère, du moins en apparence, moins problématique avec 47 cas confirmés pour 9 décès.

 

À l’instar de la France, la pandémie de coronavirus affecte sensiblement les rotations danoises au Sahel. Dimanche dernier, 30 militaires déployés au sein de la MINUSMA sont rentrés au Danemark avec un décalage de quelques jours afin de permettre au contingent suivant d’effectuer une période de quarantaine avant son déploiement au Mali. « Jusqu’à présent, aucun cas de coronavirus/Covid-19 n’a été détecté au sein de la mission de l’ONU au Mali », confirme la Défense danoise.

 

La France annonçait quant à elle quatre cas positifs au sein du dispositif Barkhane à la date du jeudi 2 avril. Des quatre officiers concernés, l’un est soigné sur place tandis que les trois autres ont été rapatriés sur le territoire français.