BACCARAT 2020 est maintenu et prend la route des Alpes

Les troupes de montagne durant l'exercice CERCES 2018 (Crédits : 27e BIM)

Les troupes de montagne durant l’exercice CERCES 2018 (Crédits : 27e BIM)

 

La crise sanitaire n’aura heureusement pas eu raison de l’exercice BACCARAT 2020. Le grand rendez-vous annuel de la 4e brigade d’aérocombat (4e BAC) est maintenu du 14 au 25 septembre, certes avec une enveloppe réduite mais en conservant un scénario ambitieux et son essence interalliés et interarmes.

 

Cette 4ème édition rassemblera 1200 militaires et 30 hélicoptères issus de 27 unités de l’armée de Terre. C’est moitié moins que lors de BACCARAT 2019, qui avait rassemblé jusqu’à 2200 personnels et plus de 50 appareils sur la durée de l’exercice. BACCARAT avait alors accueilli une dizaine d’hélicoptères des Forces aéromobiles de l’armée de Terre espagnole (FAMET) ainsi qu’une centaine de membres de la Légion espagnole.

 

Si son objectif ne varie pas, « contrôler les savoir-faire acquis par les unités interarmes ‘non aérocombat’ (infanterie, cavalerie…) après une année d’entraînement en commun », cet exercice de préparation au combat de haute intensité se déroulera pour la première fois en terrain montagneux. Hormis les phases de tirs réels sur les camps de Mailly et Sissonne, la manoeuvre prendra entièrement place dans les Alpes, sur un quadrilatère de 150 km sur 250 km entre Valence, Grenoble, Briançon et Gap.

 

L’exercice comprendra deux phases principales. La première, du 14 au 18 septembre, sera consacrée à l’installation des cinq PC GTIA, aux vols techniques en montagne et aux opération de reconnaissance terrestres et aéromobiles. La phase tactique, du 19 au 24 septembre verra se succéder les opérations héliportées, assauts verticaux et actions d’interdiction avec pour objectifs la saisie de plusieurs cols et la neutralisation finale du PC de la force adverse.

 

Les différents groupements tactiques seront armés par les 1er, 3e et 5e RHC, les 27e BCA et 4e RCh de la 27e BIM, et les 2e RH et 61e RA du COM RENS. L’appui-feu sera assuré par le 93e RAM, qui fournira des JTAC et une section SATCP dotée de missiles Mistral et par le 1er RA, dont une section d’appui mortier effectuera un raid d’artillerie avec le 5e RHC. Selon le ministère des Armées, des Mirage 2000D rejoindront ponctuellement le dispositif pour réaliser des missions d’appui-feu.

 

Axé dès l’origine sur la coopération interalliés, BACCARAT accueillera à nouveau un détachement britannique. Il sera cette fois constitué de 75 militaires et de trois hélicoptères d’attaque WAH-64D Apache du 4th Regiment Army Air Corps. Un observateur australien sera par ailleurs inséré au PC de la 4e BAC installé à Varces. Enfin, une délégation du service de santé américain visitera l’Antenne de réanimation et de chirurgie de sauvetage (ARCS), nouvel outil de soins au contact mis en place cette année en remplacement de l’antenne chirurgicale aérotransportable (ACA). Pour la première fois depuis 2017, l’armée espagnole n’enverrait quant à elle aucun contingent.