Une seconde vie pour les VAB HOT

Un premier lot de cinq véhicules antichars VAB HOT a été remis à l’armée libanaise par la France le 30 mai pour y entamer une seconde vie au service de la lutte contre Daech. Cette donation confirme le renforcement du soutien militaire apporté au Liban par Paris, conforté par une aide exceptionnelle de 15M€ annoncée en avril 2016 par le président à l’époque, François Hollande.

 

Beyrouth recevra 15 VAB HOT français pour le soutenir dans sa lutte contre Daech (Crédit photo: ministère de la Défense du Liban)

Beyrouth recevra 15 VAB HOT français pour le soutenir dans sa lutte contre Daech (Crédit photo: ministère de la Défense du Liban)

 

Le Liban recevra au total 15 VAB HOT, des pièces détachées, des missiles antichars HOT et des munitions de moyen calibre ainsi qu’une formation pour les équipages. Un choix qui correspond à « un besoin en capacité de tir direct à longue distance, en particulier pour mieux faire face aux groupes terroristes dans la région d’Ersal », selon Arnaud Pescheux, chargé d’affaires de l’ambassade de France au Liban. La ville frontalière d’Ersal est en effet devenue une cible majeure des terroristes, qui essaient de convertir cette région en plateforme pour la contrebande d’armes et l’acheminement des combattants vers et depuis la Syrie. Outre les VAB HOT, le Liban a également reçu 10 chiens formés à la recherche et à la détection des engins explosifs improvisés « qui renforceront, eux aussi, [la] capacité de lutte contre le terrorisme » a déclaré Pescheux.

 

Conçu à la fin des années 1970, le VAB HOT est une version antichars de la famille de véhicules VAB. Il est équipé d’un poste de missiles antichars HOT d’une portée de 4000 mètres, éventuellement accompagné d’une mitrailleuse AN F1 de calibre 7,62 mm montée sur un tourelleau distinct. Il est doté de 12 missiles HOT, dont quatre prêts au tir, notamment de nuit, grâce à la caméra MEPHIRA.

 

Hormis la donation d’équipements, la coopération militaire franco-libanaise passe également par des actions de formation au profit des personnels de l’armée libanaise. Près de 80 stagiaires libanais sont ainsi envoyés chaque année en formation dans les écoles militaires françaises.