Trump et la défense, 2/3

Trump promit à son auditoire qu’immédiatement après avoir endossé son habit de président le 20 janvier 2017 « je demanderai à mes généraux de me présenter un plan dans les 30 jours pour battre et détruire Daesh », puis il ajoutait que « ceci nécessitera un combat militaire mais aussi un combat cyber, un combat financier et idéologique ». Sans détails complémentaires, par contre.

Soldats du 3ème Régiment d'Infanterie "The Old Guard" lors du défilé de l'inauguration présidentielle de Barack Obama le 21 janvier 2013 (Crédit photo:

Soldats du 3ème Régiment d’Infanterie « The Old Guard » lors du défilé de l’inauguration présidentielle de Barack Obama le 21 janvier 2013 (Crédit photo:

Trump demandera une augmentation du budget défense des Etats-Unis. « Nous voulons dissuader, éviter et empêcher les conflits en ayant une force militaire incontestable », dit-il le 7 septembre, ajoutant que pour « les meilleurs militaires au monde, il faut le meilleur matériel » ; ceci n’étant pas nécessairement une bonne nouvelle pour les industriels de défense multinationaux. Comme l’analyse notre confrère Michael Bruno de Aviation Week, spécialiste de l’économie de défense : « Un grand nombre, entre un quart et un tiers, des grands industriels sont internationaux. Si Trump, comme il l’a promis, entrave le libre échange, ces groupes vont soit perdre de l’argent, soit seront obligés de changer leur modèle économique. Ce sont les multinationales et les industriels qui risquent le plus. Ceux qui sont orientés vers les services et/ou concentrés sur le marché militaire américain pourraient se trouver en meilleure posture. »

Dans la deuxième partie de son discours Trump s’aventura sur un terrain beaucoup plus glissant pour lui : celui des chiffres et des faits vérifiables, les siens se révélant des plus fantaisistes. Il annonça qu‘il voulait une armée de 540 000 personnes, une augmentation par rapport aux 479 000 actuellement engagés (en fait ils sont 490 326), la plus petite depuis 1940, d’après lui, ignorant le fait que comparer l’armée d’aujourd’hui avec celle d’hier c’est comme comparer des pommes et des topinambours ! Et puis il déclara que le budget de défense n’a cessé de baisser sous l’administration Obama. En fait, le budget défense (hors pensions et dépenses de guerre) des Etats Unis a atteint un record historique de 528,2Md$ en 2011 (et non pas 554Md$ en 2010 comme l’annonce Trump), avant de tomber à 495,5Md$ en 2013 mais augmente depuis pour atteindre 521,7Md$ en 2016 et 523,9Md$ en 2017 (ces chiffres sont ceux du US Department of Defence).

Pour ce faire Trump annonça qu’il demandera au Congrès un budget supplémentaire mais quen parallèle la « bureaucratie » militaire « sera rognée » …. ! de quoi faire frémir les milliers d’employés du Pentagone.

 

Vue aérienne du Pentagone (crédit photo: U.S. Marine Corps/Lance Cpl. Tia Dufour)

Vue aérienne du Pentagone (crédit photo: U.S. Marine Corps/Lance Cpl. Tia Dufour)

[La troisième et dernière partie paraîtra lundi 14 novembre]