Trois questions défense au président de l’UDI

Il ne vous aura pas échappé qu’il y aura en France en 2017 une élection présidentielle.

Chez FOB il nous semble donc intéressant, quand nous le pourrons, de poser les mêmes trois questions à la fois aux candidats pour connaître leur positionnement vis-à-vis de l’armée de terre et de l’industrie de l’armement terrestre mais aussi à des représentants de partis politiques.

Nous ouvrons ce dossier avec le président de l’Union des Démocrates et Indépendants (UDI), Jean-Christophe Lagarde, qui est aussi député-maire de Drancy. Ayant croisé son chemin lors du salon Eurosatory le mois dernier à Paris, nous en avons profité pour lui poser nos trois questions.

Jean-Christophe Lagarde

Jean-Christophe Lagarde

Pensez-vous que l’armée de terre soit suffisamment équipée ?

Non, elle ne l’est pas. Les réductions budgétaires mettent en difficulté nos soldats. Les efforts de l’Armée française et de l’Armée de Terre en particulier ont été considérables les dernières années pour participer à la réduction du budget de l’Etat. Notre effort de Défense ne doit pas être la variable d’ajustement. Bien au contraire, il faut augmenter les crédits de la LPM [loi de programmation militaire] de 3 à 5Mds d’euros. Vous savez, 5Mds c’est moins que les cadeaux électoraux de M. Hollande depuis le début de l’année!

Est-ce le rôle de l’armée d’entreprendre des opérations du type Sentinelle ?

Ca ne devrait pas être seulement le rôle de l’armée. Pour cela, je milite pour qu’elle s’appuie sur une garde nationale constituée d’hommes et de femmes qui bénéficieraient d’une petite formation pour participer quelques jours par an à la protection des transports en commun, des centres commerciaux etc. Cela permettrait aussi de renforcer le lien Armée/Nation qui est primordial.

Que pensez-vous de l’état de l’industrie de la défense française ?

Le salon Eurosatory est une vitrine de l’excellence de l’industrie française de défense et de son tissu de PME ! Je suis d’ailleurs convaincu qu’il faut encore plus les soutenir afin de gagner des marchés à l’export. Je soutiens également les efforts européens de synergie industrielle telle que le rapprochement entre Nexter et KMW au sein de KNDS. Nous avons besoin d’un champion européen de l’armement terrestre qui puisse se battre à armes égales sur les grands marchés internationaux.