Thales InnovDays, 1ère partie

Thales, comme vous le savez sans doute, est un groupe high-tech non seulement de défense, mais aussi de sécurité, d’espace, d’aérospatiale et de transport terrestre. Une grande partie de la technologie développée par les 25 000 chercheurs employés dans le monde (30% du personnel) est commune aux cinq secteurs.  Afin que non seulement ses employés mais aussi ses clients puissent se faire une idée des recherches en amont  dans ces différents secteurs, Thales organise occasionnellement des «journées techno» baptisées aujourd’hui, InnovDays.
L’événement InnovDays 2017 se déroule sur trois jours. Hier la journée était réservée aux 1 700 employés de Thales, issus de 36 pays des cinq continents, qui sont venus voir 67 projets de recherche dont les directeurs étaient sur place pour moultes explications et démonstrations. Les journalistes, venus eux-aussi du monde entier, ont pu voir 20 d’entre eux. Nous avons été soigneusement surveillés pour  que nous ne nous égarions pas pour regarder ceux que nous n’étions pas censés voir !
Marko Erman, directeur technique, a expliqué que les projets en démonstration étaient encore au niveau de recherches laboratoires « mais pourraient devenir des produits en quelques années ». Pour lui, ce type d’événement, auquel assistent aujourd’hui et demain les clients de Thales « est très important parce que nous recevons les retours des clients « .

Voici quelques uns des gestes du langage tactique des signes utilisés par les militaires même si ceux-ci peuvent varier un peu

Voici quelques uns des gestes du langage de signes tactiques discrets utilisés par les militaires, même si ceux-ci peuvent varier un peu

FOB a vu plusieurs choses qui nous semblaient présenter un intérêt particulier pour les forces terrestres ; nous vous les décrirons au cours des prochains jours.
Aujourd’hui, nous allons vous parler de l’interprète du langage de signes tactiques discrets, conçu pour permettre aux commandants qui sont hors de la ligne de vue de leurs troupes de « voir » les signes tactiques qu’ils font. Ceux-ci sont utilisés dans des situations où un silence complet doit être observé et donc aucun contact radio est permit. Alimentés par une batterie avec une charge de 12 heures, des capteurs électroniques extrêmement légers sont placés à six points dans les vêtements de l’utilisateur de sorte que quand il/elle fait un des signes tactiques reconnus par le système (actuellement 10), alors le commandant le verra sur un écran tel que celui ci-dessous. Si le porteur tombe ou est blessé, cela s’affichera instantanément. Les informations sont transmises via une communication radio sécurisée.

Les points verts montrent où les capteurs sont placés dans les vêtements du porteur. Quand il / elle fait un signe tactique une photo du signe qui a été reconnu apparaît sur l'écran. Dans cet exemple, l'écran est rouge, en mode "combat", parce qu'il a signalé qu'il a repéré un ennemi et a engagé le feu, comme on peut le voir sur les listes à droite où l'on peut voir le à 10: 03:46 s / il a d'abord signalé que le chef de section était nécessaire. (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Les points verts montrent où les capteurs sont placés dans les vêtements du porteur. Quand il/elle fait un signe tactique, une photo du signe qui a été reconnu apparaît sur l’écran. Dans cet exemple, l’écran est rouge, en mode « combat », parce que la personne a signalé qu’elle a repéré un ennemi et a engagé le feu, comme on peut le voir aussi sur les listes à droite. L’on peut aussi constater qu’à 10:03:46 elle avait signalé un besoin de  présence du chef de section. (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Dans l’exemple ci-dessus nous pouvons voir qu’à 10:03:05 (en vert) le soldat a indiqué qu’il avait repéré un ami. La direction dans laquelle l’ami a été observé apparaît dans la carte ci-dessous comme un éventail vert informant instantanément le commandant de la situation tactique. L’éventail rouge indique la direction générale où un ennemi a été repéré.

IMG_5134
L’équipe Thales Communications qui développe le projet explique que la seule adaptation nécessaire pour des signes manuels légèrement différents est de modifier un peu le logiciel mais le matériel reste le même. Elle travaille sur ce projet ingénieux depuis quelques mois.

Un membre de l'équipe de Thales développant l'interprète tactique discret de langue des signes démontre comment cela fonctionne. Sur l'écran derrière lui, vous pouvez voir que la couleur est bleue parce que la situation, comme indiqué, est "normal". (Crédit photo: Christina Mackenzie)

Un membre de l’équipe de Thales qui développe l’interprète du langage de signes tactiques discrets montre comment cela fonctionne. Sur l’écran derrière lui, vous pouvez voir que la couleur est bleue parce que la situation, comme indiqué, est normale. (Crédit photo: Christina Mackenzie)

 

 

Demain, dans la seconde partie, nous vous parlerons du Systrolab.