Pas de Scorpion sans PME

Considéré comme le « Charles de Gaulle » de l’armée de Terre, le programme Scorpion méritait clairement « son » voyage de presse. Pendant trois jours, et à l’invitation du GICAT, FOB partira à la découverte de ce programme structurant appelé à renouveler les équipements majeurs du groupement tactique interarmes de l’armée de Terre. Les 6 Md€ qui lui seront alloués d’ici 2033 irrigueront l’ensemble des acteurs industriels de la défense terrestre et concourront à la création de 2 700 emplois. Car, dans l’ombre des géants du secteur, tels Nexter, Renault Trucks Defense, Thales ou encore Sagem, s’active près d’une cinquantaine de PME, rouages discrets mais essentiels à la formation d’une « armée de Terre 2.0 ». Nous consacrerons donc ce premier article à trois PME innovantes impliquées dans le développement des véhicules Griffon et Jaguar, appelés à remplacer respectivement les ERC90, AMX10 et VAB HOT, et la trentaine de membres de la famille VAB.

 

Scorpion_image

 

Elno, basé à Argenteuil, est actif dans la communication en milieu sévère depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Plus de 50% du chiffre d’affaire de cette PME de 115 employés proviennent de contrats de défense signés sur l’ensemble du globe. Elno fournira la « voix » des futurs véhicules Jaguar et Griffon grâce à Elips, un nouvel interphone qui désormais n’a plus « ni maître, ni esclave », explique Jérôme Diacre, directeur général des opérations d’Elno. Contrairement aux systèmes existant reliant une myriade de boîtiers à une unité centrale de contrôle, Elno a rassemblé l’ensemble des fonctionnalités dans un seul boîtier Elips. L’utilisateur peut donc répartir l’intelligence entre les différents boîtiers utilisés. Chaque boîtier est identique à 80%, seul l’interface de sélection du canal et le nombre de boîtiers installés peuvent varier en fonction de la mission. Grâce cette uniformisation, Elips présente donc une empreinte logistique considérablement réduite. Le commandant disposera en outre d’une tablette, qui sera dévoilée en juin prochain durant le salon Eurosatory, pour paramétrer à distance les boîtiers et établir une échelle de priorités. Elno assurera également la continuité des communications entre le véhicule et le soldat grâce au P2C (Personnal Communication Controler) et permettra à ce dernier de se connecter directement au réseau interne au lieu de devoir passer d’un casque à un autre.

 

Img_7930

Les boîtiers Elips d’Elno

 

Non, Quiri n’est pas une marque de fromage frais, mais bien l’un des spécialistes français des systèmes de suspension. PME familiale, Quiri emploie 280 personnes réparties entre la France, l’Allemagne, la Turquie et la Chine. Cette entreprise alsacienne, dont 25% des activités sont d’ordre militaire, a logiquement été contractée par Renault Trucks Defense pour fournir la suspension des Jaguar et Griffon. Une suspension efficace apporte en effet un confort de conduite propice à conserver les capacités opérationnelles du soldat embarqué. Imaginez l’état de fatigue du fantassin enfermé dans une caisse pendant six heures sur une route cabossée… Pour le Griffon, Quiri s’est appuyé sur ses 30 années d’expérience pour proposer un système de suspension hydro-mécanique essentiellement basé sur celui du VBCI, une démarche qui a permis de gagner un temps précieux en terme de développement et de qualification. Chose inédite, Quiri s’est associé avec SOBEN, PME toulousaine spécialisée dans l’amortisseur innovant, pour développer un produit intégrant des technologies issues du sport automobile. Destiné à opérer en terrain difficile, le Jaguar sera quant à lui équipé d’une suspension active. Chacune des six roues du Jaguar aura son système d’amortisseur indépendant, offrant la possibilité de créer des « modes de suspension ». Le conducteur pourra, par exemple, adopter un mode « furtif » en rabaissant automatiquement l’ensemble des amortisseurs, et donc la caisse, de 60 à 70 cm. Ces deux technologies évoluent au fil des simulations menées tous les deux mois par Renault Trucks Defense, limitant le nombre de prototype et donc les coûts de développement.

 

Enfin, on ne présente plus Metravib, filiale de la PME lyonnaise Acoem et pionnier dans le domaine de détection acoustique. Metravib a acquis ses lettres de noblesse il y a plus de vingt ans lorsqu’elle développa le premier système de localisation de tirs « Pilar » sur demande de l’armée française, alors déployée à Sarajevo (Bosnie-Herzégovine). La cinquième génération du Pilar, en cours de développement, a été choisie l’année passée pour devenir les « oreilles » de quelques 500 Jaguar et Griffon. Le Pilar V, dont le design a été renforcé par rapport à ses prédécesseurs, présente trois améliorations essentielles. Tout d’abord, le calculateur est désormais intégré au mât central, pour un gain de place non négligeable. Ensuite, le Pilar V est non seulement capable de détecter les tirs de RPG, mais également les tirs simultanés, et le tout avec une précision accrue. Enfin, la technologie de Metravib est en ce point aboutie qu’elle permet de déterminer le calibre de l’arme utilisée, voire même le type d’arme. « Et la détection est possible même si le tireur utilise un réducteur de son », nous précise Jean-Baptiste Delannoy, regional sales manager chez Metravib. « Seule la neige fraîche peut avoir un impact sur la propagation des ondes sonores, et donc sur les capacités de détection. À l’inverse la neige durcie augmente la propagation de l’onde et donc la précision », ajoute-t-il. Entièrement qualifié en interne, le Pilar V pourrait même être équipé d’un socle aimanté, permettant dès lors au soldat de l’installer en le déposant simplement sur le toit du véhicule.

 

Le Pilar V de Metravib, les futures oreilles des Jaguar et Griffon

Le Pilar V de Metravib, les futures oreilles des Jaguar et Griffon

 

Vous l’aurez compris à travers ces trois exemples : ces PME, qu’elles soient sous-traitants ou contributeurs directs, représentent un échelon indispensable de l’appareil industriel mobilisé pour le programme Scorpion. Ce dernier ne pourra pleinement s’accomplir sans recourir à leur savoir-faire, toujours pointu et souvent unique.