Mue réussie pour l’ALTV

« En concevant la gamme ALTV 2, nous cherchons à surclasser celui qui reste la ‘bête de somme’ des groupes terroristes : le pickup Toyota », nous explique un responsable au sein de la gamme véhicules tactiques blindés légers de Renault Trucks Defense (RTD), lors du salon Milipol. Une capacité développée dans le sillage de l’ALTV 1, commercialisé depuis 2008 et basé sur un châssis de Nissan Navara, n’offrait plus.

 

L'ALTV 2 Station Wagon en version maintien de l'ordre, présenté durant Milipol 2017

L’ALTV 2 Station Wagon en version maintien de l’ordre, présenté durant Milipol 2017

 

Présenté pour la première fois cette semaine à Paris, l’ALTV 2, produit par la filiale ACMAT, n’est autre que la plateforme d’origine du VLTP-NP, remplaçant de la mythique P4. Attribué en décembre 2016, le contrat VLTP-NP comprend la livraison de 3700 exemplaires aux forces armées françaises d’ici 20121 ainsi que le maintien en conditions opérationnelles pendant 15 ans.

 

Exit donc Nissan et Isuzu, le choix d’ACMAT s’était finalement porté sur un châssis Ford, « plus robuste, plus puissant » que les Toyota Hilux. Un choix qui correspond également à la volonté de se démarquer du design caractéristique des plateformes Toyota, dont la prolifération a engendré « beaucoup de tirs amis » parmi les armées régulières, déclare RTD.

 

En rafraîchissant sa gamme, ACMAT entend premièrement « surfer sur les flottes d’ALTV 1 en service au sein des armées régulières africaines pour proposer leur renouvellement », ajoute Duquesne. Véritable « success story » d’ACMAT en Afrique, l’ALTV 1 a été vendu à des centaines d’exemplaires dans une vingtaine de pays africains. Autant de clients potentiels dont le best seller reste « la 14,5 mm montée sur la caisse arrière ».

 

Pour séduire, les ingénieurs d’ACMAT ont misé sur le renforcement du châssis et du plancher, le changement des roues et des suspensions pour une meilleure garde au sol, et la protection du roulage, pour ne citer que les modifications les plus évidentes. Loin du bricolage de carrosserie, le réglage extrêmement précis effectué par RTD sur les amortisseurs offre une stabilité idéale en cas, par exemple, d’engagement d’une cible en déplacement. « Même en mouvement, l’ALTV 2 permet au tireur d’engager un véhicule Toyota tout en restant hors de portée de ce dernier », explique RTD. Un travail conséquent donc, mais qui ne limite en rien les cadences de la ligne de production ACMAT de Saint-Nazaire, estimées à 100-120 véhicules par mois.

 

Quant à la question du MCO, brûlante d’actualité, RTD garantit, dans le cadre du contrat VLTP-NP, une disponibilité avoisinant les 90% pour les 15 prochaines années. Plus avant, l’offre de MCO comprend une gamme de services intégrés : outillage, formation, distribution de pièces de rechange en moins de cinq jours pour la version SW, etc. Outre l’accès au réseau Renault Trucks, qui « garantit un garage à moins de 50 km », RTD propose un outil de maintenance prédictive et corrective qui permet de déterminer l’état de dégradation du véhicule avant sa détérioration complète. Le tout garanti sans surcoût, RTD proposant un forfait déterminé en fonction des conditions d’utilisation.

 

Le véhiculier prévoit la livraison d’un premier lot de 100 VLTP-NP à l’armée française au printemps 2018. Si les 500 premiers véhicules seront livrés au Standard 1, les 3200 suivants adopteront un second standard comprenant notamment la radio Contact développée par Thales. Une évolution essentielle, probablement rétrofitée sur les Standard 1, et qui permettra au VLTP-NP d’intégrer la bulle Scorpion.