Les solutions DroneShield intégrées au portfolio Thales

Quatre mois après avoir signé un accord de partenariat, l’Australien DroneShield et la branche espagnole de Thales ont désormais entamé le rapprochement de leurs gammes respectives. Un premier lot de systèmes de lutte anti-drones a été fourni à Thales Programas De Electronica Y Comunicaciones S.A.U. (Thales Spain), qui l’intégrera progressivement dans son offre commerciale.

 

Le fusil anti-drones DroneGun Tactical de DroneShield, notamment passé entre les mains d'Emmanuel Macron (Crédit photo: DroneShield)

Le fusil anti-drones DroneGun Tactical de DroneShield, notamment passé entre les mains d’Emmanuel Macron (Crédit photo: DroneShield)

 

Le 11 décembre 2018, DroneShield et Thales Spain s’associaient pour répondre aux éventuels programmes d’achat impliquant des systèmes de lutte anti-drones lancés par l’Espagne dans un premier temps, puis par l’ensemble des clients de Thales. Aussitôt dit, aussitôt fait, le portfolio de Thales vient dorénavant s’enrichir de nouvelles solutions innovantes, tel que le fusil anti-drones DroneGun Tactical, passé entre les mains du président Emmanuel Macron lors d’une visite à Mourmelon en mars 2018.

 

« Nous sommes ravis par la progression continue de notre partenariat avec Thales en Espagne, et sommes impatients de compléter l’intégration et de commercialiser cette solution combinée auprès des clients de Thales Espagne dans le monde », s’est félicité Oleg Vornik, PDG de DroneShield. Ce processus inclut notamment le radar Squire et la « tête » optronique Gecko, deux solutions bientôt « couplées aux systèmes de détection de drones spécialisés de DroneShield », qui ne détaille pas les systèmes concernés.

 

Le radar Squire, produit par Thales Nederland, a été vendu à plus de 400 exemplaires de par le monde, dont neuf systèmes au block 2 acquis par la Belgique en novembre 2018 et destinés au bataillon ISTAR de la Composante Terre. Dévoilé en 2014, le radar tactique Squire block 2, « l’un des plus modernes sur le marché » d’après la DGMR belge, est capable de détecter et de classifier les drones dans un rayon maximal de 6km, en fonction de la taille de la plateforme.

 

Quant à la famille Gecko, celle-ci repose sur une tête optronique comprenant, selon les versions, une à deux caméras EO/IR, des désignateurs laser et un télémètre laser. Une douzaine de ces systèmes ont été livrés à l’Espagne, qui l’utilise pour des applications civiles (surveillance des frontières et des lieux sensibles, lutte contre le trafic de drogue, etc) et militaires, à partir du véhicule blindé 4×4 RG-31.

 

Le Gecko « peut également faire partie d’un système complet de détection et neutralisation de drones, incluant  un dispositif de brouillage des communications », explique Thales sur son site web. C’est dans cette optique qu’un pays du Sud-Est asiatique l’a sélectionné en 2016 afin de protéger son espace aérien civil contre les intrusions de drones de petite taille, en particulier lors de grands évènements publics. Dans ce cas précis, le système Gecko est justement déployé en coordination avec le radar Squire ainsi qu’avec une suite de caméras thermiques.