Le microdrone NX70 est arrivé au 61e RA

Le microdrone NX70 présenté au chef de corps du 61e RA, le colonel (Crédit: 61e RA)

Le microdrone NX70 présenté au chef de corps du 61e RA, le colonel Marc Bonnet (Crédit: 61e RA)

 

Le 61e régiment d’artillerie (61e RA) de Chaumont a réceptionné cet été les premiers microdrones NX70 commandés l’an dernier auprès du Français Novadem. L’un des vecteurs a été présenté au chef de corps, le colonel Marc Bonnet, révèle une vidéo publiée sur le compte Facebook du régiment.

 

L’acquisition d’une cinquantaine de microdrones NX70 avait été validée en octobre 2018 par la DGA, puis notifiée à Novadem pour un budget supérieur à 2M€. « Chacun des 27 systèmes acquis est composé de deux micro-drones, d’un segment sol et du soutien technique associé », avait pour sa part détaillé la PME aixoise en juin dernier. L’adoption du NX70 par l’armée de Terre découle notamment de RETEX peu élogieux à l’égard de l’un des microdrones utilisés jusqu’alors, le DJI Mavic Pro. Outre une manoeuvrabilité limitée, celui-ci ne disposait pas d’une voie thermique, contrairement au NX70. Les cinq premiers systèmes de deux vecteurs ont été livrés à la fin du mois de juin par la DGA, tandis que les 22 restant ont théoriquement été réceptionnés au cours de l’été.

 

À la fois formateur et utilisateur, le 61e RA est un chaînon central de la capacité « drones aériens » de l’armée de Terre. Il abrite notamment le Centre de formation drone (CFD) par lequel passe tous les télépilotes devant être formés sur les systèmes DrOP et NX70, et prochainement SDT et SMDR Patroller. « Les instructeurs sont déjà au travail au sein du Premier de la Fourragère et forment des équipes avant leur projection sur différents théâtres d’opération, » explique le 61e RA au sujet du dernier arrivé, annonçant au passage que « le NX70 sera déployé très rapidement en opération. »

 

 

Fruit de trois années de R&D menées sur base des RETEX, le drone NX70 pèse environ 1kg pour une autonomie maximale de 45 minutes et un rayon d’action supérieur à 3 km. Sa capacité « tout temps » lui permet d’évoluer par temps de pluie et sous des vents de force 8 (±65 km/h). Il dispose de trois charges utiles, à savoir deux voies jours HD et une voie thermique. Les liaisons de données sont cryptées avec un algorithme AES de 256 bits.

 

À terme, l’armée de Terre disposera d’une flotte de 1300 drones « allant du nano drone de quelques grammes au drone tactique dont les performances permettront d’appuyer l’engagement d’une unité au combat dans la durée et sur de fortes distances, » expliquait l’ex-CEMAT, le général Jean-Pierre Bosser, en juin face aux députés de la Commission défense. Si les perceptions de nanodrones DrOP et, désormais, de microdrones NX70 vont bon train, il faudra encore attendre quelques semaines avant l’arrivée des SDT et SMDR. D’après l’édition 2019 des chiffres clés de la Défense, cinq vecteurs SDT (un système) et 60 vecteurs SMDR (20 systèmes) seront livrés d’ici la fin de l’année. Prévue à l’origine pour juin dernier, la livraison des premiers SMDR a – une fois encore – été retardée. L’atterrissage à Chaumont des premiers Patroller est quant à lui toujours prévu pour le mois d’octobre.