Le HK 416F menacé par l’US Marine Corps ? mise à jour

(mise à jour avec correction du nombre de fusils)

avec Christina Mackenzie

 

Et si l’US Marine Corps (USMC), en choisissant le HK 416 pour remplacer ses M4 et M16A4, menaçait le bon déroulement des livraisons au profit de la France ? Dans un communiqué daté du 11 août, l’USMC annonce en effet entamer des discussions exclusives avec l’industriel allemand Heckler & Koch pour la livraison de 50 184 M27 Infantry Automatic Rifles (IAR), variante américaine de l’HK 416.

 

Le caporal Alfredo Ibarra de la 31st Marine Expeditionary Unit de l'US Marine Corps s'exerce au maniement du M27 IAR en juin 2017 (Credit: USMC/Petty Officer 3rd Class Jonathan R Clay)

Le caporal Alfredo Ibarra de la 31st Marine Expeditionary Unit de l’US Marine Corps s’exerce au maniement du M27 IAR en juin 2017
(Credit: USMC/Petty Officer 3rd Class Jonathan R Clay)

Une demande à l’industriel a été faite en mars pour un calendrier de production et de livraison de 11 000 IAR M27, qui sont utilisés à petite échelle par l’USMC depuis 2010. La nouvelle pré-sollicitation de 50 184 «semble s’ajouter à la demande antérieure », selon le Marine Corps Times. En avril dernier le commandant de l’USMC le général Robert Neller, déclarait dans un communiqué que « tout ce que j’ai vu suggère que les M27 que nous utilisons depuis quelques temps sont les armes les plus fiables, les plus durables et les plus précises au sein de nos escouades d’infanterie ».

 

L’annonce du 11 août pourrait paraître anodine, si elle n’était pas susceptible d’impacter directement le programme français de remplacement du FAMAS. Pour info, le contrat AIF gagné le 22 septembre 2016 par HK prévoit la livraison de 117 000 fusils d’assaut d’ici 2028. Dont près de 5 000 pour 2017 et plus de 21 000 à l’horizon 2019. Des chiffres conséquents qui, juxtaposés à la demande états-unienne, pose d’emblée la question de la capacité de HK à gérer de concert plusieurs contrats majeurs.

 

D’autant plus qu’avec 182 000 militaires dans l’USMC, le contrat IAR pourrait n’être que l’amorce menant vers l’achat de lots supplémentaires.

 

Ajoutez à cela le remplacement probable des G36 allemands par le HK 433 et un HK 417 en bonne position pour remplacer les M4 de l’US Army, et survient la question fatidique que FOB se pose : HK saura-t-il maintenir la cadence sans menacer le programme AIF ?

 

La réponse pourrait provenir d’outre-Atlantique, avec, par exemple, un renforcement des capacités de production de HK aux Etats-Unis.

Mais, pour l’heure, l’extension de l’unique unité de production américaine de HK située à Columbus, en Géorgie, est non seulement inachevée, mais semble avant tout destinée à soutenir l’inflation du marché civil domestique.

 

Il reste néanmoins un mince espoir, car le contrat IAR, qui n’en est qu’à un stade préliminaire, laisse également – mais sans trop y croire ? – la porte ouverte à tout industriel « qui estime être capable de répondre aux conditions » avant le… 28 août.