Le CAESAR danois sur les rails

Lentement mais sûrement, le CAESAR se rapproche du Danemark. Dans une annonce peu commune, la plateforme européenne Ted officialisait début octobre la signature d’un contrat entre Nexter et la Défense danoise pour la location d’un unique canon automoteur CAESAR. Un détail, nous direz-vous, mais qui vient néanmoins s’ajouter à d’autres éléments confirmant la bonne progression du programme danois, initié en mai 2017.

 

31961473_2108723342683049_3265781638822363136_o
Pour rappel, Copenhague avait notifié le 22 mai 2017 l’acquisition de 15 canons CAESAR montés sur un châssis 8×8 de Tatra. Ce contrat évalué à 40M€ inclut une option pour six systèmes supplémentaires. Ces pièces d’artillerie équiperont le 1er bataillon d’artillerie de l’armée danoise en replacement des 32 M109A3 Paladin en service depuis 1965. Depuis lors, le programme progresse à grand pas vers la réception des deux premiers systèmes par le Centre de soutien à l’artillerie et au combat d’Oksbøl, prévue à l’orée 2019.

 

Conclu avec l’Organisation d’acquisition et de logistique de la Défense danoise (DALO), le contrat précité, d’un montant de 495 000€ HTVA, permettra à l’armée danoise de « réaliser des tests et de préparer des tables de tirs adéquates en vue de livraison de 15 systèmes équivalents d’ici la fin de l’année 2019 ». Une manœuvre que la DALO explique également par des raisons techniques évidentes, mais aussi par les droits exclusifs détenus par le systémier-intégrateur de Versailles. Il est non seulement techniquement impossible de séparer le système d’armement du châssis de camion à des fins d’essai, mais il est en outre évident que seul Nexter possède le savoir-faire pour fournir l’assistance technique et la formation nécessaires à la bonne tenue du leasing, précise la DALO.

 

Depuis quelques mois, Nexter et l’armée danoise travaillent donc conjointement à l’adaptation du CAESAR aux systèmes fournis par le gouvernement, les « Government Furnished Equipment » (GFE). En autres requêtes, le Danemark a en effet demandé l’ajout d’une capacité d’autodéfense rapprochée, avec l’ajout d’une mitrailleuse sur le toit de la cabine. Une optique EO/IR permettra également à l’équipage de manœuvrer le CAESAR de nuit et par mauvais temps.

 

De même, les modifications ne se limitent pas au seul « hardware ». Outre l’intégration du système de contrôle de tir THOR, l’armée danoise a confié en juillet 2018 à l’industriel local Systematic la création de nouvelles fonctionnalités d’appui feu. Basé sur la suite SitaWare, la solution fournie par Systematic prévoit l’utilisation des programmes SitaWare frontline pour les équipages de CAESAR et les observateurs d’artillerie et SitaWare Headquarters par les éléments de coordination. L’intérêt ? Appuyer la capacité « shoot-and-scoot » du CAESAR en raccourcissant drastiquement le cycle d’engagement du senseur au tireur. L’ensemble des données – générées par un observateur avancé puis transmis aux artilleurs via une cellule de coordination des tirs interarmées – sera donc transféré de manière digitale au système THOR afin qu’il puisse générer les calculs balistiques.

 

Mais le CAESAR n’est en réalité qu’une pièce de l’échiquier danois. De fait, le renouveau de l’artillerie de l’armée danoise comprend un second volet, actuellement en cours d’implémentation. Celui-ci reposera sur l’intégration de 15 systèmes de mortier A3MS de l’autrichien ESLAIT sur une partie des 390 véhicules blindés 8×8 Piranha 5 commandés en décembre 2015 par Copenhague. Basé sur le mortier de 120 mm Cardom 10 d’Elbit Systems, le système A3MS est capable d’atteindre une cible située dans un rayon de 7 km et offre une cadence de tir de 16 coups par minute.