Le 1er RCA dans les starting-blocks pour l’instruction Griffon

Une fois encore, le magazine Fantassins édité par les Ecoles militaires de Draguignan se révèle être une mine d’or concernant le programme Scorpion. Dans son dernier numéro, consacré à la « Transformation Scorpion », le capitaine Nicolas du 1er régiment de chasseurs d’Afrique (1er RCA) revient notamment sur le rôle central de son régiment dans la formation des futurs équipages du VBMR Griffon.

 

Bien plus qu'un éventail de hautes technologies, Scorpion est avant tout une doctrine qui permettra de les faire s'interagir

L’ensemble des unités d’infanterie « Griffon » devrait être formé à l’horizon 2023

 

La moitié des Griffon, soit 936 véhicules, aura été livrée d’ici 2025. Ce sont autant de pilotes, d’équipages et de cadres à former en vue des premières perceptions régimentaires, prévues pour fin 2019. Fort de l’expérience acquise sur Leclerc et VBCI, le 1er RCA a dès lors été désigné comme « centre de perception et de formation unique au cœur du camp de Canjuers », précise le capitaine Nicolas. Il sera en conséquence le premier régiment de l’armée de Terre à percevoir le Griffon, justifiant au passage sa devise, « Partout Premier ».

 

Le choix de Canjuers n’est en rien anodin, son polygone disposant de deux champs de tir canon, trois champs de tir missiles, et de l’un des deux seuls simulateurs de tir peloton existant en France. Mais qui dit programme Scorpion dit infrastructures Scorpion, et certaines du 1er RCA devront être sensiblement adaptées, grâce aux 370M€ alloués jusqu’en 2025 pour la première phase de modernisation des bâtiments. Pour mener à bien ses formations, le 1er RCA devrait par ailleurs « capter » une partie des 27 Griffon dédiés aux structures d’expérimentation, de formation et de soutien et livrés en 2019. Suivront directement les phases de déverminage de ces véhicules et d’instruction des primo-formateurs par l’industriel. Outre les véhicules, fournis pour la plupart en configuration OPEX, les chasseurs d’Afrique recevront deux kits pour la formation sur les tourelleaux T1 et d’un kit pédagogique pour le tourelleau T2. Détail intéressant, ces kits reprendront non seulement les mitrailleuses MAG 58 et M2 HB, mais aussi un certain « LGA 40 mm », un armement pourtant extrêmement « discret » au sein de l’armée de Terre.

 

Mené par le Centre de formation et de perception interarmes (CFPIA) et le 4e escadron, le schéma d’enseignement retenu est celui « d’une capillarité au sein des forces », explique le capitaine Nicolas. Selon le modèle « train the trainer », chaque régiment bénéficiera d’une formation regroupant simultanément quatre semaines de stage pour les instructeurs et trois semaines pour les aide-moniteurs pilotes. Cette logique, qui doit tenir compte de « la nécessaire souplesse pour les régiments dans un contexte d’engagement dense », permettra de qualifier huit instructeurs et seize primo-pilotes par session. Ils retourneront ensuite dans leurs unités respectives pour servir à leur tour de moniteurs. Une fois rodés, les chasseurs d’Afrique formeront trois à quatre régiments par an, afin que l’ensemble des unités d’infanterie soit rompu à l’emploi du Griffon d’ici 2023.

 

Le 3e RIMa de Vannes (Morbihan) sera le premier régiment à bénéficier de cette instruction, à partir de novembre 2019. Le « grand trois » avait en effet été désigné pour être l’un des premiers régiments hors instruction à percevoir un lot de 21 Griffon. Suivront ensuite les 13e BCA, 1er RI, 2e RIMa et 3e RPIMa en 2020.

 

Enfin, le 1er RCA sera en outre chargé de toutes les opérations de déverminage des Griffons. Ceux-ci seront évalués « aussi bien dans la partie châssis-comportement routier, que dans la partie tir », révèle le capitaine Nicolas. Le déroulé de ce processus essentiel sera calqué sur celui des livraisons par l’industriel, estimées à 120-160 véhicules par an.

 

Mais la mission du 1er RCA ne se résumera pas qu’au Griffon : à l’horizon 2021, le régiment devrait également se charger de la perception des EBRC Jaguar et de la formation de leurs équipages ainsi que de ceux du Leclerc XLR, l’instruction des cadres étant confiée à l’école de Cavalerie. Un appel d’offres a d’ailleurs été émis en mai dernier pour préparer Canjuers à l’installation des cabines SERKET pour la l’apprentissage sur Jaguar. Un matériel de pointe grâce auquel le 1er RCA espère atteindre son objectif de formation de trois escadrons et 36 équipages par an, soit l’équivalent d’un régiment. Seule, finalement, lui échappe l’instruction au futur véhicule VBMR Léger Serval, destinée « probablement au CENTIAL-51e RI de Mourmelon », dévoile le capitaine Nicolas.