L’armée britannique perdra 18 000 hommes d’ici mars 2018

Les forces terrestres britanniques seront réduites d’au moins 17 950 membres d’ici au printemps 2018 révèle un document publié le 8 février par le ministère de la Défense britannique. Intitulé « Ministry of Defence Vote A », ce document clé définit le nombre maximal de soldats engagés dans les forces armées du Royaume-Uni jusqu’au 31 mars 2018. Il reste néanmoins soumis au vote du Parlement, une étape qui pourrait davantage accentuer la réduction des effectifs.

 

(Crédit photo: MoD/Crown)

(Crédit photo: MoD/Crown)

 

Le budget de défense britannique étant en hausse depuis deux ans (42Md€ pour 2017-2018), peut-être devons nous chercher l’origine de cette réduction d’effectifs dans un élan de pragmatisme affiché par une British Army en proie à une crise majeure de recrutement. En effet, à quoi bon s’évertuer à augmenter son contingent si l’on arrive à peine à maintenir celui-ci ?

 

Car malgré l’octroi de 3,5M€ supplémentaires pour le lancement d’une campagne de recrutement « de la dernière chance », la British Army peine à insuffler toute vocation militaire parmi la jeunesse britannique. Peu soutenus, mal payés, rarement déployés à l’étranger – contrairement à une Royal Navy qui verra ses effectifs augmentés de 500 marins en 2018 – les « Terriens » ont le moral à zéro, nous expliquent des sources au sein de l’armée. Difficile d’en vouloir à ces jeunes qui, face à l’accumulation de petites frustrations, préfèreront consacrer leur « capital motivation » à devenir trader dans la City qu’à continuer à tourner en rond dans une caserne du – magnifique mais isolé – Pembrokeshire.

 

Principale victime de cette tendance au sein des forces terrestres : l’infanterie, qui n’a pu convaincre que 2380 nouvelles recrues pour les 3480 postes ouverts en 2016. Dans ces conditions, il sera de plus en plus difficile, voire impossible pour Londres de respecter l’un des préceptes fondamentaux du livre blanc publié en 2015, à savoir de « s’engager à maintenir la taille des forces armées régulières ».

La majorité de l’ « effort » sera fourni par les forces de réserve de l’armée britannique, qui perdra près de 16% de ses forces, soit 12 920, pour plafonner à 80 410 réservistes.

 

L’armée régulière n’échappera pas non plus à la saignée et passera de 112 900 à 107 930 membres l’année prochaine. La coupe principale proviendra des sous-officiers et militaires du rang, qui perdront 6300 membres. Seules rescapées, les forces coloniales et du Commonwealth, les Gurkhas et autres troupes présentes à l’étranger verront leurs effectifs passer de 3270 à 4400 militaires. Détail non négligeable, ces chiffres incluent « une marge de 10% (9810) pour assumer d’éventuels imprévus », explique le ministère de la Défense, au lieu des 5% de marge définis pour la période 2016-2017.