Le lance-roquettes furtif

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque, flânant parmi les allées du salon LAAD organisé la semaine dernière à Rio de Janeiro, nous sommes par hasard tombés sur un système plutôt singulier et certainement unique en son genre : le lance-roquettes multiple escamotable Armadillo TA-2. Et la surprise fut double, car derrière Mac Jee, la société brésilienne à l’origine du projet, se cache en fait une équipe d’ingénieurs français dirigée par Simon Jeannot.

 

FOB_3

L’Armadillo TA-2 monté sur une maquette de véhicule 4×4 Tigr-M lors du salon LAAD 2017

 

Depuis une décennie, Mac Jee est spécialisé dans la distribution de pièces électroniques, tels que des connecteurs et câbles, mais également de caméras, ordinateurs de bords et autres moniteurs de type militaire. « Une stratégie qui s’est avérée gagnante », nous explique Jeannot, « car cela nous a permis de mettre suffisamment de fonds de côté pour développer nos propres systèmes ».

 

D’où l’apparition de l’Armadillo – qui signifie tatou en portugais -, dont l’objectif premier est de fournir un appui feu léger et, surtout, discret. Ce concept innovant est constitué d’une plateforme rétractable semi-automatique couplée à un logiciel également conçu par Mac Jee. Déployable en moins d’une minute, la plateforme est, en dehors des phases offensives, « rangée » à l’intérieur du véhicule sous une plaque de blindage dissimulant et protégeant l’ensemble du système.

 

L'Armadillo TA_2 déployé... (Crédit: Mac Jee)

L’Armadillo TA_2 déployé… (Crédit photo: Mac Jee)

... et "rangé" à l'intérieur du véhicule (Crédit photo: Mac Jee)

… et « replié » à l’intérieur du véhicule (Crédit photo: Mac Jee)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parce qu’il n’a pas d’impact sur les capacités du véhicule sur lequel il est installé, « l’Armadillo présente un champ d’applications large, allant de l’appui feu aux missions de surveillance classiques, voire aux opérations spéciales », précise Jeannot. L’Armadillo TA-2, ici représenté sur une maquette de véhicule GAZ Tigr-M russe, est en réalité intégrable sur n’importe quel type de véhicule blindé léger existant.

 

Le système exposé au LAAD, équipé de trois modules de 16 roquettes de 70 mm, devrait ensuite être élargi aux roquettes guidées ainsi qu’à des calibres supérieurs, tel du 122 mm. Mais la société brésilienne envisage également l’intégration de systèmes non-létaux, comme une boule optronique, un support pour mini UAV, ou encore une antenne radar.

 

Il ne reste désormais aux ingénieurs de Mac Jee qu’à peaufiner certains détails, dont la partie software, avant d’entamer la phase de tests « d’ici la fin de l’année 2017 », projette Jeannot.