Et Sysnav inventa la géolocalisation de demain

Qui n’a jamais rêvé de s’affranchir du GPS ? Lent, facile à brouiller, affaibli par le relief et autres obstacles, le GPS a depuis quelques années montré ses limites. Ce sont ces barrières qui ont poussé les chercheurs de Sysnav, PME française basée à Vernon (Eure), à travailler sur la conception d’une technologie « magnéto-inertielle » inédite susceptible de prendre le relais du GPS en environnement critique et présentée cette année à l’occasion du salon Milipol, qui se tenait à Paris la semaine passée.

 

La technologie magnéto-inertielle de Sysnav, outil indispensable du soldat évoluant en environnement extrême

La technologie magnéto-inertielle de Sysnav, outil indispensable du soldat évoluant en environnement extrême

 

Créée en 2009, cette jeune société normande s’est dans un premier temps attachée à conseiller certains grands acteurs institutionnels et privés de l’Hexagone en matière de géolocalisation avant de s’orienter, il y a maintenant quatre ans, vers le développement de ses propres technologies.

 

Le système conçu par Sysnav et mis en avant durant Milipol se base sur l’utilisation du champ magnétique terrestre. Tout repose sur l’exploitation des variations locales du champ magnétique, en complétant celui-ci d’un ensemble de capteurs inertiels bon marchés et de magnétomètres, à l’image de ceux installés dans nos cellulaires. Grâce à la combinaison de trois boussoles numériques, le système calcule la direction et la vitesse à laquelle se déplace l’utilisateur.  Ensuite, on utilise la déformation du champ magnétique terrestre liée à la présence d’objets métalliques. En combinant finalement la modélisation de ces variations avec les données d’orientation des capteurs, on finit par déterminer la vitesse, et donc la localisation du porteur. Vous suivez ?

 

Le coup de génie de Sysnav aura été, après six années de recherche et 12 brevets, de réussir à miniaturiser le système ;  jusqu’à arriver à le faire tenir dans une simple boite d’allumettes. Non content d’en avoir réduit la taille, Sysnav l’a également rendu abordable, rendant sa distribution à grande échelle tout à fait envisageable.

 

Si le principe de fonctionnement peut sembler abscon pour le non-initié, les avantages qui en résultent sont pour le moins impressionnants. Imaginez un système de géolocalisation disponible en tout temps, sous toute latitude et altitude (mêmes négatives), totalement autonome et fonctionnant sans aucune infrastructure…

 

Certains des premiers clients de Sysnav viennent donc logiquement de l’environnement de défense et de sécurité. Sysnav a ainsi déjà séduit les sociétés de transfert de fonds, dorénavant en mesure de localiser leurs fourgons, même si ceux-ci traversent un tunnel ou si l’on cherche à brouiller leur GPS avant un braquage. Et pourquoi pas, faire de cette innovation l’alliée du soldat du futur… Difficile en effet de ne pas faire le lien avec les théâtres particuliers dans lesquels évolue nos fantassins actuellement (environnements montagneux, désertiques, urbains,…). L’idée intéresse fortement la DGA, qui en d’ailleurs déjà acquis certains brevets auprès de Sysnav. Ses ingénieurs ont en tout cas déjà développé « Blue Force », une solution « plug & play » pour les véhicules militaires.

 

Finalement, la seule limite du système, d’après le représentant de Sysnav présent à Milipol, reposerait sur la nécessaire dualité entre le GPS et la technologie magnéto-inertielle, celle-ci n’oeuvrant qu’en complément du premier. La technologie de Sysnav oblige en effet l’utilisateur à recalculer régulièrement, grâce au GPS, un point précis de localisation en cas d’utilisation prolongée du système, celui-ci évaluant la localisation en fonction du dernier point connu répertorié par le GPS. Conçue pour suppléer le GPS lorsque celui-ci fait défaut, la technologie magnéto-inertielle est donc à privilégier lors de missions de courte durée.

 

Une limite qui n’a en rien terni la renommée de Sysnav et de sa solution innovante. Au point d’être récompensée, en avril 2014, par le très prestigieux Massachusetts Institute of Technology.