Des hélicos pour le Luxembourg

Petite révolution au Grand-Duché de Luxembourg, où le Vice-Premier ministre, ministre de l’Économie et ministre de la Défense, Etienne Schneider, a signé la semaine passée un contrat avec Airbus Helicopters pour la livraison de cinq hélicoptères au profit des forces armées et de la police grand-ducale. Ils constitueront la première unité d’hélicoptères militaires de l’histoire du Grand-Duché.

 

L'un des quatre NH90 TTH de la Composante Air belge (Crédit photo: A. Pecchi/Airbus Helicopters)

L’un des quatre NH90 TTH de la Composante Air belge (Crédit photo: A. Pecchi/Airbus Helicopters)

 

Nous le détaillions en mars 2017 : le Luxembourg a entamé un effort financier conséquent pour s’aligner sur les standards OTAN en matière de dépenses militaire. La commande de NH90 était alors pressentie, et semble se confirmer aujourd’hui au vu du budget alloué à l’achat des trois hélicoptères pour l’armée, de l’ordre de 125M€. Selon des médias luxembourgeois, les 20M€ restants seront consacrés à l’acquisition de deux H145M principalement destinés à la police grand-ducale et à d’autres départements.

 

Exit le projet d’achat conjoint avec la Belgique, le Luxembourg acquière donc seul ses trois hélicoptères militaires. Ils seront mis « à disposition de l’OTAN (…) en cas de crise mais (…) également à disposition du Luxembourg en cas de catastrophe naturelle si il faut évacuer des personnes », détaille Schneider. Une capacité dont le Luxembourg est aujourd’hui dépourvu, et qu’il fallait aller chercher à l’étranger. « Avec ces investissements, nous aurons nous-mêmes ces moyens d’évacuation », ajoute-t-il.

 

« La collaboration avec Airbus s’accorde avec les lignes directrices de la défense luxembourgeoise à l’horizon 2025 et au-delà, qui fixent le cadre pour le développement de la défense luxembourgeoise », ajoutait Schneider, lors de la cérémonie de signature.

 

Outre les hélicoptères, le groupe Airbus projette de renforcer sa collaboration avec les partenaires public et privés luxembourgeois actifs dans la cybersécurité, des technologies spatiales, et des drones, précise le communiqué.

 

Cette annonce s’inscrit directement dans la logique d’effort financier en cours au sein des pays de l’OTAN. Le Luxembourg ne consacrait en effet que 0,44% de son PIB à ses forces armées. Dés 2014, le pays a donc décidé d’augmenter ses dépenses de défense de 50% d’ici 2020. De 291M€ l’année dernière, le budget annuel sera progressivement porté à 412M€.

 

A contrario, le « petit poucet » de l’Alliance se révèle être le second pays investissant le plus dans les équipement (33%), juste après la Roumanie. Outre les voilures tournantes, le Luxembourg a d’ores et déjà acté la commande d’un Airbus A400M et d’un avion multirole A330 MRTT intégré au programme européen Multinational Multi-Role Tanker Transport Fleet (MMF).