Copenhague débloque 134M€ pour booster sa capacité ISTAR

(Crédit photo: Armée royale danoise)

(Crédit photo: Armée royale danoise)

 

Le Danemark prévoit de débloquer jusqu’à 134M€ pour l’acquisition d’une nouvelle capacité ISTAR, révèle un appel d’offres publié le 2 septembre. Mobile et multisenseurs, le futur système devra pouvoir être intégré sur les véhicules, navires et aéronefs des forces armées danoises.

 

Selon l’annonce officielle, l’Organisation d’acquisition et de logistique de la Défense danoise (DALO) prévoit la signature de deux accords-cadres avec un seul et même industriel, l’un de sept ans pour la livraison des systèmes et l’autre d’une durée de 15 ans pour leur soutien. « La DALO envisage d’utiliser les systèmes à des fins de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, ainsi que pour l’acquisition et la désignation de cibles. Le système mobile est conçu comme une solution électro-optique destinée à soutenir toutes les banches de la Défense danoise, » précise le document. Le système sera décliné en versions moyenne et longue portées et sera déployé au départ de plateformes terrestres et navales en priorité, puis éventuellement aériennes.

 

Le contrat initial devrait entériner l’achat de cinq à huit systèmes moyenne portée et de 13 à 24 systèmes longue portée. « Des acquisitions supplémentaire de systèmes de senseurs mobiles sont prévus par la suite, mais les quantités sont inconnues à ce stade, » ajoute la DALO. Les livraisons commenceront dans les 13 mois après la passation de marché. La date limite de soumission des offres est fixée au 6 octobre, en vue de l’évaluation d’un maximum de trois propositions industrielles au printemps 2020.

 

Les deux versions requises reposeront sur une boule gyrostabilisée montée sur un mât télescopique ou sur un trépied et comportant des senseurs opérant sous les bandes spectrales visible, proche infrarouge et infrarouge à onde moyenne. S’y ajoutent un télémètre laser, un pointeur laser ainsi que, potentiellement, un désignateur laser de 30 mJ pour la version « allégée » et de 70 mJ pour la version longue distance.

 

L’Armée royale danoise prévoit trois concepts d’emploi pour le système moyenne distance: il devra soit être totalement intégré au véhicule et opéré depuis la cabine, soit semi-démonté avec des senseurs déployables à courte distance du véhicule, ou encore entièrement démontable, et transporté par les militaires puis installé à l’endroit désigné. Un dernier scénario qui nécessitera de limiter le poids de l’ensemble des capteurs à un maximum de 26 kg.

 

Trois fois plus lourde mais également plus performante, la version longue distance sera quant à elle intégrée de manière permanente sur les véhicules et opérée, au sein des forces terrestres, par les observateurs d’artillerie et les contrôleurs aériens avancés. En cas d’usage pour la protection d’installations militaires, cette variante devra en outre pouvoir communiquer avec un centre d’opérations tactique. L’armée danoise projette d’intégrer ces deux systèmes aux flottes de véhicules actuelles, et en particulier sur les Polaris MRZR et Supacat HMT Intruder des forces spéciales, ainsi que sur les nouveaux véhicules blindés 8×8 Piranha 5. Ceux-ci sont notamment en service au sein du 3e bataillon du régiment de hussards de la Garde et de la 3e section du régiment d’artillerie, unités sur lesquelles repose l’essentiel de la capacité ISTAR danoise.

 

Avions de chasse, véhicules blindés, artillerie, systèmes de défense antiaérienne et, désormais, capacité ISTAR: le Danemark continue de répondre aux appels du pied de l’OTAN en augmentant graduellement le budget alloué aux investissements capacitaires. Le dernier Accord de défense pour la période 2018-2023 prévoit ainsi une hausse budgétaire de 227M€ en 2020, qui augmentera graduellement pour atteindre 642M€ en 2023. Parmi les priorités établies, le Danemark poursuit l’établissement d’une nouvelle brigade de déploiement rapide interarmes dotée de capacité d’appui-feu, de reconnaissance et d’un nouveau « parapluie » anti-aérien, révélait une RFI publiée en juillet.