Une « Task Force Europe » pour les PME de défense

Boostées par une LPM favorable, les PME de défense françaises restent néanmoins frileuses à l’idée de naviguer dans l’univers européen. Un saut dans l’inconnu que le député LREM Didier Baichère, co-président du groupe d’études sur l’industrie de la défense de l’Assemblée nationale, propose de soutenir par la création d’une « Task Force Europe » destinée notamment à promouvoir le « Made in France » auprès du futur Fonds européen de la défense (FED).

 

(Crédit photo: R.Senoussi/DICOD)

(Crédit photo: R.Senoussi/DICOD)

 

Le FED, potentiel chemin de croix des PME

 

Il en fait fulminer certains outre-Atlantique, mais en fait s’enthousiasmer bien plus sur le Vieux-continent. S’il n’est pas encore pleinement formalisé, le FED n’en reste pas moins « un horizon de développement extrêmement intéressant pour nos PME », pointait Baichère le 14 mai devant la Commission défense de l’Assemblée nationale. Une fois pleinement établi, ce dispositif pourrait en effet être doté d’une enveloppe de 13Md€ dans le cadre financier pluriannuel (CFP 2021-2027) de l’UE, distribuée sous forme de subventions accordées pour des projets de développement communs. Une aubaine pour des maîtres d’oeuvre industriels (MOI) habitués au labyrinthe administratif européen. Et un éventuel mirage financier pour les 4000 PME de défense françaises qui, faute d’être soutenues par de nouveaux leviers institutionnels, pourraient ne jamais en voir la couleur.

 

C’est un fait, « les PME sont inquiètes » quant aux conditions d’accès au FED. La démarche n’est pas exempte d’obstacle, à commencer par le règlement du dispositif, selon lequel seront éligibles « des entreprises coopérant au sein d’un consortium d’au moins trois entités éligibles qui sont établies dans au moins trois États membres différents ». C’est à la fois une faiblesse et une force pour des petites exploitations qui, par définition, sont les moins susceptibles de contrôler plusieurs entités sur au moins deux territoires différents. Le règlement prévoit cependant un bonus financier en direction des projets collaboratifs qui intégreront des PME. Un incitant financier d’autant plus essentiel pour l’inclusion des PME que celui-ci est cumulable. Seul hic, tant le financement que l’éventuel bonus dépendront également de la localisation des PME. Intégration européenne oblige, le FED n’accordera donc aucune majoration financière aux MOI français soumissionnant avec des PME françaises. Pour celles-ci, l’octroi de financements européens passera obligatoirement par une alliance avec un industriel étranger.

 

Pour s’imposer, il faudra tout particulièrement venir séduire des géants allemands ou italiens « susceptibles d’aller chercher des PME en Europe centrale et orientale plutôt que des pépites françaises pour constituer leur consortium ». Au delà des monstres du secteur, la lutte au sein même des PME européennes s’annonce ardue. « La taille des PME en Allemagne et en Italie est bien plus importante qu’en France », explique Baichère. Les structures françaises devront dès lors profiter de leur agilité pour s’agréger et « chasser en meute ». Encore faudra-t-il se vendre efficacement auprès d’une immense BITD européenne, une aptitude peu maitrisée par de petites entreprises pour lesquelles une langue étrangère, par exemple, reste un frein plutôt qu’un pont vers l’export. C’est pour pallier à cet absence de levier promotionnel que le groupe d’études sur l’industrie de la défense propose la création d’une « Task Force Europe ».

 

« La BITD française, c’est pas uniquement un fichier Excel à gérer »

 

Connaître et faire connaître, telles sont les deux tâches allouées à cette future « Task Force Europe ». Cette structure, en train de voir le jour au sein de la DGA, devra adopter la forme d’un guichet unique pour les PME. Elle aura pour mission première de promouvoir activement la BITD française auprès des MOI étrangers en s’appuyant sur les succès engrangés et sur « les compétences disponibles, spécifiques, d’expertise que nous avons en France et que, peut-être, d’autres pays européens n’auraient pas ». « De manière plus globale, cette task force participera à exacerber l’influence française auprès de ses partenaires européens », ajoute le député.

 

Pour passer de l’échelon national au niveau européen, cette structure devra par ailleurs disposer d’ « une connaissance fine de l’écosystème, ce à quoi la DGA s’est engagée ». « La BITD française, c’est pas uniquement un fichier Excel à gérer », rappelle à juste titre Baichère. C’est là le second objectif: développer des dispositifs de connaissance de la BITD française beaucoup plus systématiques. « Mieux on connaîtra nos PME, et mieux on pourra les vendre face au reste de l’écosystème », note le député.

 

En attendant ladite task force, le groupe d’études parlementaire, accompagné d’une multitude d’organismes (du GICAT à l’IRSEM en passant par l’Agence d’innovation de la défense), a d’ores et déjà invité la DGA à axer une future audition sur sa stratégie de soutien aux entreprises dans le cadre de la mise en place du FED. Nombreuses, peut-on supposer, sont les PME soucieuses de s’enquérir des réorganisations « extrêmement positives mais encore mal connues » du soutien à l’innovation opérées par la DGA pour « agiter l’écosystème de PME dans le bon sens du terme ». Ça tombe bien, le DGA Joël Barre sera reçu en audition de la Commission défense de l’Assemblée nationale le 2 juillet prochain.