Une nouvelle armure pour les policiers

Voilà qui aura de quoi rassurer un peu l’Union des policiers nationaux indépendants (UPNI) : le SAELSI*, équivalent de la DGA pour le ministère de l’Intérieur, a lancé en août deux procédures d’achat de nouveaux gilets pare-balles au profit de la police nationale, de la gendarmerie, des douanes et de l’administration pénitentiaire.

 

(Crédit: Police nationale)

(Crédit: Police nationale)

 

Une annonce qui n’est pas sans rappeler le fameux concours photo lancé il y a une dizaine de jours par l’UPNI afin de démontrer la vétusté de leurs locaux et équipements, dont des gilets pare-balles en lambeaux. Et qui n’a pas manqué de faire réagir le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

 

« Il y a toutes les réalités aujourd’hui en France: à la fois des installations qui sont magnifiques et d’autres qui sont très dégradées« , nuançait hier Gérard Collomb lors d’un déplacement à Beauvais (Oise). Le ministre a demandé à être jugé sur ses « actes » : « Il y a trois mois que je suis là. En trois mois, je n’ai pas repeint de mes petites mains tous les commissariats de toute la France« . En attendant les « actes », Collomb pourrait profiter du mouvement initié par son prédécesseur, Bernard Cazeneuve, confronté à la grogne policière en octobre 2016. Ce dernier avait en effet lancé un « plan de sécurité publique » de 250M€, incluant notamment des mesures d’aide matérielle, et dont la réalisation semble tarder à se concrétiser.

 

Ce plan d’acquisition de nouveaux gilets pare-balles est subdivisé en deux sous-contrats, l’un concernant 27 665 gilets féminins et le second, plus récent, vise l’achat de 307 000 gilets masculins. Le premier, d’un montant de 6M€ a d’ores et déjà été attribué à un duo franco-belge, à savoir le parisien GK Professional et à Seyntex, basée à Tielt (ouest de la Belgique). Le second, auquel plus de 113M€ ont été alloués, prévoit la réception des offres jusqu’au 29 septembre.

 

Détail intéressant, le ratio nombre de gilets/budget penche clairement en faveur des agents masculins, qui profitent, toutes proportions gardées, d’un budget plus de vingt fois supérieur à celui octroyé aux agents féminins. De même, le SAELSI acquiert dix fois plus de gilets masculins, lorsque la proportion d’agents féminins peine à dépasser les 20% dans la Police et la Gendarmerie.

 

En attendant les premiers gilets, l’UPNI s’attend à recevoir encore de nombreuses images sur son compte Facebook. La photo qui remportera ce concours plein « d’humour et de dérision » sera dévoilée le 10 septembre… avant l’envoi d’un album photos au format papier à destination du ministère de l’Intérieur.

 

 

* « Service de l’achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure », créé en janvier 2014 et notamment en charge de l’achat et de la mise à disposition des équipements et des moyens nécessaires à l’exercice des missions de sécurité