Une Europe au service des clusters de défense

Et si la construction d’une industrie de défense européenne reposait également sur les clusters, ces groupements d’entreprises fleurissant aux quatre coins du Vieux continent ? C’est en tout cas ce que souhaite l’Agence européenne de défense (EDA) en ouvrant le programme COSME* aux clusters de défense, avec l’objectif affiché de construire des synergies pour renforcer le maillage industriel européen.

FOB_1

 

Et le jeu en vaut la chandelle car avec budget de 2,3Md€ pour la seule période 2014-2020, COSME est LE programme européen de soutien à la compétitivité des PME européennes. À terme, COSME devrait faciliter l’octroi de prêts et de financements par crédit-bail au profit de 220 000 à 330 000 PME pour un montant total de 14 à 21Md€, prophétise l’EDA.

 

Depuis 2016 et suite à la multiplication des appels à l’élaboration d’une Europe de la défense, l’EDA s’est attachée à étudier et promouvoir les opportunités que ce programme représente pour les PME et clusters de la défense. Une perspective aujourd’hui devenue réalité, suite au lancement le 13 septembre d’un premier appel à candidatures. Pour cette édition inaugurale, la Commission européenne espère sélectionner quatre projets pour un budget total de 800 000€. Cette action, inédite en Europe, aura pour but d’ « intensifier la collaboration à travers les frontières avec d’autres clusters industriels » et d’ « élaborer et mettre en œuvre des stratégies conjointes dans les domaines des technologies, produits et services à usage dual vers des pays non européens », explique la Commission européenne.

 

Mais pour profiter de la manne européenne, les candidats intéressés doivent répondre à certains critères. Esprit européen oblige, tout candidat doit être établi au sein d’un État membre et s’engage à intégrer l’European Cluster Collaboration Platform (ECCP), sorte d’annuaire européen des clusters, tous domaines industriels confondus. Dernière condition et non des moindres, toute organisation candidate devra être composée d’au minimum trois clusters établis dans différents États membres, dont l’un directement lié à l’environnement de défense.

 

Détail intéressant, l’ECCP ne compte à ce jour que huit clusters français – seulement deux de plus que la Belgique -, la plupart issus de l’industrie aérospatiale. Et ceux-ci n’ont pas perdu leur temps, six groupements ayant déjà été déclarés éligibles pour le programme COSME à l’heure actuelle, dont le cluster SAFE basé à Aix-en-Provence. À contrario, l’industrie de défense terrestre française, pourtant rassemblée au sein d’entités majeures tels que le GICAT ou EDEN, reste manifestement aux abonnés absents.

 

Alors, intéressé ? Il est toujours temps de forger des partenariats et de monter un dossier, la date butoir de soumission des candidatures ayant été fixée au 13 décembre à 17h.

 

 

 

*pour « COmpetitiveness of enterprises and Small and Medium-sized Enterprises »