Un Jaguar en bois, en attendant 2020

De carton et de bois, voilà deux matières totalement absentes du futur Jaguar, pièce maîtresse du programme Scorpion appelée à remplacer les ERC-90 Sagaie, AMX-10RC et VAB HOT de l’armée de Terre. Il faudra néanmoins s’en contenter dans l’immédiat, le Jaguar, ou Engin blindé de reconnaissance et de combat (EBRC) étant récemment passé d’une image de synthèse à une première maquette en taille réelle, dévoilée à l’occasion de l’AdTShow d’octobre dernier (et dont FOB vous a déjà longuement parlé ici et ici).

 

Le Jaguar passera-t-il du carton à l'acier plus rapidement que prévu? (Crédit photo: FOB)

Le Jaguar passera-t-il du carton à l’acier plus rapidement que prévu? (Crédit photo: FOB)

 

Pour celles et ceux qui débarquent, le Jaguar,  dont les dimensions exactes restent inconnues, aura une masse totale de 25 tonnes pour un moteur de 400 CV. Les 248 véhicules, fabriqués par Nexter, Thales et Renault Trucks Défense, seront dotés du canon de 40 mm 40 CTAS, de deux pods pour accueillir le missiles anti-char MMP de MBDA, et d’une mitrailleuse de 7,62 mm montée sur tourelleau téléopéré.

 

Si les 20 premiers Jaguar seront commandés en 2017, rappelait le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état major de l’armée de Terre, devant la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat le 19 octobre 2016, il est néanmoins nécessaire d’accélérer la cadence, sans quoi « on va en avoir pour 15 ans », martelait à son tour le sénateur Daniel Reiner. De son côté, le ministre de la Défense français Jean-Yves Le Drian confirmait le 2 novembre dernier que le gouvernement français se trouvait prêt à étudier la possibilité d’une accélération de la livraison des véhicules. « Nous pouvons réfléchir à cette question concernant les années à venir. Je suis ouvert à la discussion », déclarait-il devant l’Assemblée nationale.

 

Selon le chef de la DGA, le délégué général pour l’armement Laurent Collet Billon, cette accélération de la production ne pourra néanmoins intervenir qu’après 2020 et à l’issue des phases de qualification du véhicule.