Un Albatros pour les Antilles

La France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont décidé de lancer une opération commune baptisée Albatros, qui, grâce à la création d’une structure militaire tripartite, répondra au besoin d’amplifier la coordination international de l’ensemble des moyens de secours aux populations sinistrées aux Antilles suite à la série d’ouragans qui a causé des dégâts considérables aux biens et aux personnes sur une zone immense.

2017_mtln_165_b_004_018

La coordination militaire (crédit photo: Ministère des Armées)

Cette structure, baptisée Multinational Caribbean Coordination Cell (MNCCC),  visera à établir et suivre en temps réel la situation logistique dans la zone afin de partager, coordonner et optimiser l’utilisation des navires et des aéronefs fournissant une aide d’urgence aux îles touchées. En travaillant ensemble ainsi qu’avec des alliés et des partenaires proches, y compris les États-Unis et le Canada, « la cellule militaire améliorera l’efficacité des opérations de secours humanitaire dans la région », d’après un communiqué du ministère de la défense britannique.

Deux centres de coordination, armés par du personnel militaire de chaque nation, sont créés : un échelon stratégique situé en Europe et un échelon opératif localisé sur la base navale néerlandaise Parera à Curaçao aux petites Antilles néerlandaises. La mission de ce dernier sera d’assurer la synthèse et le suivi des déploiements, dispositifs, ressources et mouvements aériens et maritimes militaires sur l’ensemble des Caraïbes. Ce PC, placé sous les ordres d’un colonel français et subordonné aux échelons stratégiques, rassemblera une vingtaine de militaires en provenance des différentes armées des trois nations impliquées.  Une première capacité opérationnelle est attendue pour le 24 septembre, la pleine capacité est attendue elle pour le 27 septembre. La durée de la mission sera de l’ordre d’un à deux mois. Le contingent britannique fournira une expertise spécifique dans le transport aérien tactique et opérationnel.

L’échelon stratégique, quand à lui, est en charge de la synthèse à fins de mutualisation des acheminements militaires stratégiques des trois nations.  Il diffusera cette Full Logistic Strategic Picture (FLSP) à l’échelon opératif.

Florence Parly, ministre des Armées, salue cet exemple de coopération européenne et militaire, et remercie « nos partenaires et alliés pour leur engagement dans ce mécanisme de coordination au service de populations ayant subi le passage de plusieurs ouragans ».

Le secrétaire à la Défense britannique, Michael Fallon, a, quand à lui, déclaré: « Le Royaume-Uni a ouvert la voie en fournissant des secours aux personnes touchées par l’ouragan Irma et maintenant Maria, apportant une quantité importante de troupes, d’aide et d’équipement dans la région. La création de ce centre de coordination verra le Royaume-Uni travailler avec nos alliés européens a partager notre expertise et nos atouts pour coordonner la livraison des secours d’urgence dans toute la région. »

Un C17 de la Royal Air Force a transporté  de l'aide française vers la Guadeloupe (crédit photo: Ministère des Armés)

Un C17 de la Royal Air Force a transporté de l’aide française vers la Guadeloupe (crédit photo: Ministère des Armées)

 

Den Helder 1 juli 2014Fotografie: Binnenkomst Karel Doorman

HNLMS Karel Doorman

La création de la cellule est le dernier exemple de travail conjoint pour répondre aux catastrophes dans la région, qui a jusqu’ici inclus un C17 britannique transportant 30 tonnes de matériel et de véhicules français vers la Guadeloupe pour soutenir les opérations d’hélicoptères françaises, et le navire néerlandais HNLMS Karel Doorman qui s’est arrêté en route vers les Caraïbes pour embarquer de l’aide britannique supplémentaire à Portsmouth (sud de l’Angleterre) aujourd’hui. En outre, un spécialiste britannique en aide humanitaire et des secours d‘urgence a été déployé avec le premier déploiement militaire français dans la région et les trois nations ont des officiers de liaison intégrés dans leurs chefs d’états majors respectifs.