Star Wars à la sauce anglaise

MBDA pourrait prochainement concrétiser le rêve de tout fan de Star Wars : la création d’une arme laser. La branche britannique du missilier européen et ses partenaires*, réunis au sein du consortium UK Dragonfire, ont signé hier un contrat de 35M€ avec le ministère de la défense britannique pour le développement d’un démonstrateur d’arme laser à haute intensité.

 

Voilà à quoi pourrait ressembler l'arme laser développée par UK Dragonfire

Voilà à quoi pourrait ressembler le segment terrestre de l’arme laser développée par UK Dragonfire            (Crédit photo: MBDA)

 

« Il s’agit d’un programme de démonstration important visant à affiner notre connaissance de ce qui est encore une technologie immature » afin de « fournir une réponse plus efficace aux menaces émergentes auxquelles pourraient être confrontées les forces armées britanniques », a déclaré Peter Cooper, chargé du projet au sein du Laboratoire de science et de technologie de défense britannique (Dstl), lors de la cérémonie de signature.

 

Financé par l’ambitieux « Innovation Fund », auquel Londres a alloué près de 800M£ (1Md€), ce projet évaluera les technologies laser existantes en prévision d’une démonstration du système en 2019. Durant deux ans, UK Dragonfire analysera la capacité du laser à traquer et suivre une cible à différentes distances et dans des conditions météorologiques variées, tant sur mer que sur terre. En cas de succès, l’arme pourrait être déployée au sol et sur mer durant la prochaine décennie, et dans les airs d’ici 2040.

 

Le choix de MBDA pour piloter le projet n’est pas anodin, le groupe revendiquant trois décennies de recherches en la matière. En juin 2015, un faisceau laser d’une puissance de 20kW conçu par la filiale allemande de MBDA détruisait un mini drone volant à 500 m de distance en 3.39 secondes. Un succès qui permettait à l’industrie européenne de remettre les compteurs à zéro avec les États-Unis. En novembre 2013, l’US Army, pour ne citer que le segment terrestre, testait en effet avec succès le système « High Energy Laser Mobile Demonstrator » (HEL MD). Grâce à un faisceau laser d’une puissance de 10 kW (un peu moins que le flash d’un appareil photo), le HEL MD neutralisa alors quelques drones en vol et près de 90 obus de mortier, éveillant de facto la curiosité d’organismes de recherches étrangers – alliés ou non.

 

Tels les miroirs ardents imaginés par Archimède, une arme laser utilise un faisceau concentré d’énergie électromagnétique pour chauffer un point précis d’une cible et en assurer quasi instantanément la destruction. Étudiées depuis les années 80 au travers du programme américain de « Guerre des étoiles », les armes lasers présentent de nombreux avantages par rapport à l’armement conventionnel. Peu onéreuses onéreux (de l’ordre d’un euro par tir), imparables car opérant à la vitesse de la lumière, et pratiquement indétectables par l’humain, de telles armes pourraient provoquer une rupture technologique comparable à l’invention de la poudre, à condition de solutionner l’épineuse question de sa consommation énergétique.

 

*Qinetiq, Leonardo-Finmeccanica, GKN, Arke, BAE Systems et Marshall ADG