Qui présidera la commission défense ?

150-euros-daugmentation-par-mois-pour-tous-les-infirmiers-une-proposition-de-loi-qui-ne-sera-pas-etudiee

L’Assemblée nationale française

Après le bouleversement parlementaire auquel nous assistons, on doit espérer que parmi les centaines de nouveaux députés qui trouveront place dans l’hémicycle pour la première fois de leur vie la semaine prochaine, il s’en trouvera quelques uns qui non seulement s’intéresseront aux questions de la défense nationale et des forces armées, mais, surtout, qui connaîtront le sujet.

A FOB nous avons analysé les résultats concernant les 72 membres de la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale sortante et ils sont dévastateurs : sur les 33 députés qui se représentaient (39 autres ont choisi de ne pas briguer de nouveau mandat) seuls 20 accèdent au deuxième tour des élections législatives dimanche prochain (le 17 juin). Parmi ceux-ci il n’y en a que huit, oui, huit, qui sont en tête, les 12 autres étant en grande difficulté avec peu de chance de l’emporter.

Parmi les grands perdants, on trouve la présidente Patricia Adam, sèchement battue dans sa 2e circonscription du Finistère et Philippe Nauche, le seul des quatre vice-présidents qui se représentait ; tous deux faisant les frais de l’écroulement du Parti socialiste.

Alors qui parmi les huit pourrait présider la prochaine commission, car on imagine mal qu’une personne n’ayant aucune connaissance du fonctionnement du parlement puisse prendre la présidence d’une commission ?

Parmi ces huit, il y en a deux qui roulent pour La République en Marche : Gwendal Rouillard, qui fut un des secrétaires de la commission et Jean-Jacques Bridey. Nous pensons qu’il est fort probable que ce soit une de ces deux personnes qui se retrouvent à la tête de cette commission. Bridey a été rapporteur d’une mission d’information sur les enjeux industriels et technologiques du renouvellement des deux composantes de la dissuasion, il était aussi membre d’une mission d’information sur les conséquences du rythme des OPEX sur le maintien en condition opérationnelle des matériels, ainsi que le rédacteur d’avis sur les loi de finances. Rouillard, pour sa part, a été membre de deux missions d’information, l’une sur le rôle de la marine nationale en Méditerranée et l’autre sur l’évolution et rôle de l’OTAN, ainsi que le rédacteur, lui aussi, d’avis sur la loi de finances 2017.

Deux autres postulants ont largement la stature pour ce poste : Manuel Valls, ex-premier ministre, et François de Rugy, écologiste et ex-candidat à la primaire de gauche pour la présidentielle, mais il ne sont pas membres d’En Marche, même s’ils sont « compatibles ».

Les quatre restants n’ont que peu de chance de décrocher la présidence de la commission car ils sont membres de différents partis que celui qui aura la majorité : Philippe Folliot, un secrétaire de la commission (il faut croire que cette charge porte chance!) est en ballotage très favorable mais il est membre de l’UDI tout comme Maurice Leroy. Sylvia Pinel est députée du Parti radical de gauche et Thierry Solère des Républicains.

Ci-bas la liste complète des 72 membres de la commission sortante. Nous avons barré les noms de ceux qui ont été battu au premier tour. Le nom barré, suivi de PR signifie « ne s’est pas représenté ». Le mot « ballotage » en rose signifie que la personne est en tête, en rouge qu’elle est en deuxième place.

a to D

F to L

L to P

R to V