OTAN : Un Britannique à la tête du Comité militaire

Pour la première fois depuis 25 ans, la plus haute instance militaire de l’OTAN sera à nouveau dirigée par un militaire britannique. Au terme d’une « longue campagne électorale », le général d’armée aérienne Stuart Peach a été élu le 16 septembre par les chefs d’état-major de l’Alliance pour remplacer le général tchèque Petr Pavel au poste de président du Comité militaire. Deux des cinq postes clé du bras armé de l’OTAN seront donc bientôt occupés par des Britanniques, le général de l’armée de terre James Everard ayant endossé le costume de commandant suprême en second des forces alliées en Europe (DSACEUR) en mars 2017.

 

Le général d'armée aérienne Stuart , futur directeur du Comité militaire de l'OTAN (Crédit photo: OTAN)

Le général d’armée aérienne Stuart Peach, futur directeur du Comité militaire de l’OTAN (Crédit photo: OTAN)

 

Le général Peach entrera officiellement en fonction en juin 2018 et occupera son poste jusqu’au moins 2021. Il prendra les rênes du Comité militaire « à un moment où l’Alliance doit se moderniser pour affronter de nouvelles menaces toujours plus adaptées. Ayant occupé l’année dernière le poste hautement gratifiant de chef d’état-major de la défense du Royaume-Uni, je sais aujourd’hui que je suis prêt à relever le défi », explique-t-il dans un communiqué de l’OTAN. Dix-huit officiers se sont succédés à la tête du Comité militaire depuis 1963, à savoir cinq Allemands, trois Britanniques, deux Canadiens, deux Italiens, deux Norvégiens, un Tchèque, un Danois, un Néerlandais et un Belge…mais jamais de Français.

 

Et défi il y aura. Car en tant que principal conseiller militaire du secrétaire général, le norvégien Jens Stoltenberg, et du Conseil de l’Atlantique nord, plus haute instance civile de l’OTAN, Peach devra jongler avec les questions du budget, du terrorisme et des flux migratoires, tout en composant avec les mouvements russes à l’Est.

 

À travers le Comité militaire, il aura également pour mission de fournir des orientations aux deux commandements stratégiques, à savoir le Commandement allié Opérations et le Commandement allié Transformation, dirigé par le général d’armée aérienne français Denis Mercier. « Cette nomination souligne notre rôle de leader au sein de l’Alliance et je sais que Sir Stuart appréciera ces nouveaux défis », a déclaré le ministre de la Défense britannique Michael Fallon en marge de cette élection.

 

L’intronisation de Peach permettra en outre de couper court aux dernières rumeurs d’un « changement de position » du Royaume-Uni au sein de l’Alliance. En dépit d’un Brexit annoncé pour mars 2019, Londres a réaffirmé dans un document publié le 12 septembre son intention de participer « sans conditions » au maintien de la paix en Europe. Des propos réitérés à l’occasion de la nomination du général Peach, qui, selon la Première ministre britannique Theresa May, représente « l’importance de l’Alliance pour le Royaume-Uni.»

 

Nul besoin, en outre, de rappeler l’ampleur de l’engagement militaire britannique qui, pour ne citer que son implication sur le sol européen, commande un bataillon eFP (Enhanced Forward Presence) en Estonie et déploie 150 militaires en Pologne.