Opération Sentinelle Partie 3 : Sentinelle sur le terrain

Après toute cette théorie, passons un peu à la pratique. Nous avons eu la chance d’être autorisé à participer à une patrouille Sentinelle en plein cœur de Paris. Pour ce faire, nous rejoignons le groupe qui nous a été désigné. Ce sont donc avec trois légionnaires du 1er régiment étranger de génie (REG) que nous allons passer un peu de temps. Sur place, nous avons également rencontré deux officiers (deux lieutenants respectivement du 1er REG et du 21e RIMa) qui venaient inspecter le dispositif. Ces deux officiers, ainsi que les soldats que nous allons accompagner, font partie d’une compagnie de marche de la 6ème BLB, assemblée afin d’accomplir son tour de Sentinelle. Il y a plusieurs types de lieux à protéger. Il peut s’agir de lieux de cultes ou des lieux de fortes affluences (comme des gares). Pour notre patrouille, ce n’est rien de moins que la tour Eiffel à laquelle nous avons droit.

Sentinelle_015

Notre patrouille au milieu de la foule omniprésente sur le site de la tour Eiffel

Ce lieu, un des plus visités de Paris et un des symboles de la capitale, reçoit une attention particulière de la part des forces de l’ordre. En plus des pièges à touristes habituels, la menace terroriste représente un danger supplémentaire. Frapper la tour Eiffel revient à frapper un lieu très fréquenté (notamment par beaucoup d’étrangers) et un monument emblématique de la France. Une présence militaire n’est donc pas de trop pour dissuader d’éventuels terroristes et rassurer la population. Quelques instants avant que nous n’arrivions sur site, une fausse alerte à la bombe avait eu lieu sur la tour, nécessitant sa fermeture et la venue de chiens de détection d’explosifs. Les soldats présents avaient été pour l’occasion mis à profit par la police pour la sécurisation des lieux.

Sentinelle_013

Militaires et policiers se côtoient au quotidien sur les zones d’opération

Comme toutes les patrouilles Sentinelle, celle-ci se compose de trois soldats et est mené par un sous-officier. Ces hommes sont équipés du matériel en dotation dans leur régiment. Il n’y a pas de dotation spécifique pour Sentinelle. Tout trois portent leur Famas, approvisionné mais non armé (dans le sens où il n’y a pas de balle dans la chambre). En plus des questions évidentes de sécurité, cela offre un niveau d’avertissement en plus aux militaires comme cela s’est montré utile lors de tentatives d’intimidation rapportées par la presse.

Sentinelle_009

Les Famas sont chargés, prêts à être utilisés

Le restant de l’équipement se compose d’un PA pour le chef de groupe (un vénérable MAC 50 dans notre cas) et de bâtons télescopiques pour les autres soldats. Tous ont avec eux leur casque mais préfèrent bien évidemment arborer leur béret vert, les identifiant immédiatement.

Sentinelle_008

Les légionnaires forment une compagnie de marche avec …

Sentinelle_007

les Marsouins du 21ème RIMa de Fréjus

Le chef de groupe dispose également d’une radio ACROPOL (Automatisation des Communications Radiotéléphoniques Opérationnelles de POLice) le mettant en communication avec les forces de police locale. Comme nous l’a bien fait comprendre un officier supérieur : pas de patrouille sans ACROPOL.

Sentinelle_002

La radio ACROPOL : lien obligatoire entre la patrouille et les forces de police

Participer à une patrouille est quelque chose d’assez impressionnant. Les soldats marchent en formation, sans dire un mot. Un seul regard suffit pour faire passer un message. La mise en condition opérationnelle permet de mettre en place les automatismes. Par exemple, lors de moments plus « tendus » comme un passage à travers une foule, une manœuvre précise se met en place d’elle-même : un soldat reste en dehors pendant que ses collègues traversent et, une fois de l’autre côté, un des deux ayant traversé attend le troisième.

Sentinelle_014

Les légionnaires appliquent leurs procédures sans qu’ils n’aient besoin de dire un mot

Le professionnalisme n’est pas quelque chose de flou. Chaque recoin traversé par la patrouille est vérifié, chaque buisson, chaque véhicule. Les yeux des légionnaires ne cessent de scruter la foule à la recherche d’un éventuel danger. Les légionnaires sont également là pour assister la population mais peut également aider la police dans sa mission. En effet, si les militaires n’ont pas la qualité d’agents de police judiciaire (et ne peuvent donc pas procéder à des interpellations), ils peuvent en revanche accomplir, comme tout citoyen français, leur devoir républicain en empêchant un délinquant de fuir jusqu’à l’arrivée de la police.

Sentinelle_010

Vu l’activité autour du site de la tour Eiffel, les yeux sont constamment à l’affût de la moindre menace

Avec leur expérience sur le terrain et leur observation minutieuse, ils peuvent également repérer d’éventuels méfaits avant qu’ils n’ont lieu. Nous en avons nous-même été témoins. En arrivant au pied de la tour, la patrouille repère un enfant essayant de faire signer une pétition à une touriste anglaise dans le but de détourner son attention afin de plonger la main dans son sac à main. Le sergent se poste à proximité de l’enfant et lui fait bien comprendre par le regard qu’il a plutôt intérêt à filer en vitesse, ce qu’il ne tarde pas à faire. Cette touriste, qui n’a même pas remarqué la présence des légionnaires, ne sait pas qu’elle vient d’échapper à un mauvais tour grâce aux soldats français.

Sentinelle_012

Chaque zone à risque doit être inspectée…

Sentinelle_003

Tant les grandes…

Sentinelle_001

Que les petites…

Si la présence des militaires dans la rue attire encore le regard, surtout de la part des touristes, on se rend compte que, pour la plupart des Parisiens, cette présence renforcée depuis janvier fait désormais partie du quotidien. L’effort à consentir doit maintenant se tourner vers les conditions de vie des soldats. Si les conditions de vie minimales imposées par l’armée (deux repas chauds par jour, bâtiments en dur chauffé, douche,…) sont respectées, il y a encore du chemin pour que ces conditions permettent aux soldats de remplir leur mission dans les meilleurs dispositions possibles. Il serait honteux que les hommes aient moins de confort à Paris et dans les autres grandes villes que lors d’OPEX en Afrique ou en Asie…

Sentinelle_004

La patrouille a pour zone d’action la tour Eiffel et ses alentours immédiats